3 Commentaires

Être homo, ça n’a rien de super

220px-Charles_SocaridesCharles W. Socarides, MD, (1922-2005) était professeur de psychiatrie clinique à l’Albert Einstein College of Medicine de New York.

Les médias et les grandes sociétés ont profité des jeux olympiques de Sotchi pour malmener la Russie à cause de sa volonté affirmée de protéger les droits des hétérosexuels. Dans cette optique, je reposte un article de 1995 écrit par un psychiatre qui a traité des centaines d’homosexuels au cours de ses 40 ans de carrière, et qui est parvenu à en guérir environ un tiers.

Jusqu’en 1975, l’homosexualité était reconnue pour ce qu’elle est, c’est-à-dire un trouble du comportement. La gigantesque croisade pour répandre et favoriser l’homosexualité est une caractéristique du satanisme qui entreprend de faire passer un comportement de malade pour celui d’un bien portant, et présente l’antinaturel comme naturel. Cela est la preuve irréfutable que la société est diaboliquement possédée. L’humanité a été colonisée par un culte satanique, la Franc-maçonnerie (Illuminati) qui est un outil de procuration pour le cartel juif kabbaliste des banques centrales.

Sous le masque des « droits des gays », les Illuminati conduisent une attaque vicieuse et malhonnête visant à saper les institutions et les valeurs hétérosexuelles. Par exemple, malgré la propagande mensongère des médias, la Russie ne criminalise pas l’homosexualité, elle ne fait qu’interdire la propagande gay destinée aux enfants. En règle générale, les agresseurs se font passer pour les victimes, alors qu’en fait ils sont eux-mêmes à l’origine de la « haine ».

Nous éprouvons de la compassion pour les individus homosexuels. Mais nous nous opposons au plan des Illuminati qui est de détruire la société par la promotion active de ce trouble jusqu’à ce qu’il soit devenu la norme sociale.

Première partie : Comment l’Amérique est devenue gay

Par le Dr Charles Socarides (Édité et abrégé par Henry Makow)

Depuis plus de 20 ans, moi et quelques psychiatres nous sentons comme une minorité assiégée parce que nous avons continué à insister sur le fait que les homosexuels n’étaient pas nés de cette façon.

Pendant la plus grande partie du XXème siècle, nous avons considéré ce comportement comme aberrant… une véritable pathologie. Nous avons eu affaire à des patients qui enchainaient les partenaires sexuels les uns après les autres, y compris au sein d’une même nuit, puis venaient nous voir le lendemain en boitant pour nous avouer à quel point ils souffraient. Comme notre démarche consistait à aider ces gens à cesser de souffrir, beaucoup d’entre nous pensaient que nous étions en train d’accomplir le travail de Dieu.

Aujourd’hui, selon l’opinion de ceux qui compose la soi-disant élite culturelle, notre approche est « dépassée ». L’élite déclare que nous blessons les gens au lieu de les aider, et que notre démarche est bonne à jeter aux oubliettes de l’histoire. Ils sont parvenus à promouvoir cette façon de voir les choses à un grand nombre d’américains, rendant ainsi l’homosexualité à la mode et faisant d’un comportement autrefois aberrant un « mode de vie alternatif »…

LA RÉVOLUTION HOMOSEXUELLE FUT ORCHESTRÉE

altmanComment ce changement s’est-il opéré ? Eh bien, la révolution ne s’est pas produite d’elle-même… Elle émergea d’un plan, comme l’a avoué un magazine gay, afin de « rendre le monde entier gay ». Je n’invente rien. Vous pouvez lire un compte rendu de la campagne de Dennis Altman, intitulé L’homosexualisation de l’Amérique. En 1982, Altman, lui-même gay, a déclaré avec une joie non dissimulé que de plus en plus d’américains pensaient comme les gays et se comportaient comme tels. Ils se trouvaient engagés « dans un certains nombres d’aventures sexuelles de plus ou moins courtes durées, à la place de relations à long terme. » Altman a fait remarquer que les équivalents hétérosexuels de saunas gays et l’émergence de soirées d’échangisme pour les célibataires étaient des preuves que la « promiscuité et le sexe impersonnel sont davantage déterminés par les possibilités sociales que par les différences intrinsèques entre les homosexuels et les hétérosexuels, ou même entre les hommes et les femmes. »

Bille en tête, les gays ont déclaré qu’ils pouvaient « réinventer la nature humaine, se réinventer eux-mêmes ». Pour ce faire, ces réinventeurs devaient d’abord se débarrasser d’un obstacle majeur. Non, ils ne se sont pas attaqués aux membres du clergé. Ils ont pris pour cible les membres d’une prêtrise mondiale, la communauté psychiatrique, en les neutralisant par une redéfinition radicale de l’homosexualité. En 1972 et 1973 ils ont coopté la direction de l’American Psychiatric Association et à travers une série de manœuvres politiques, de mensonges et d’intimidations, ils ont « soigné » l’homosexualité d’un jour à l’autre. Ils ont obtenu de l’APA qu’elle déclare les relations sexuelles de même sexe « non comme un trouble ». Elles devinrent « une condition » aussi neutre que le fait d’être gaucher.

LA HAINE L’INTIMIDATION & L’INTOLÉRANCE

Cela équivalait à une validation complète de l’homosexualité. Ceux d’entre nous qui ont fait montre de réticence à l’égard de cette redéfinition politique furent bientôt réduits au silence lors de nos propres réunions professionnelles. Nos conférences furent annulées au sein du milieu universitaire et nos documents de recherche écartés de la publication des revues spécialisées. Des choses bien pires suivirent au sein de la culture en général. Les producteurs de télévision et de cinéma commencèrent à promouvoir des histoires où l’homosexualité était présentée comme un mode de vie légitime.

gaypride« Depuis de nombreuses années, des homosexuels perturbent nos réunions, vociférant sur les gens qui essaient de produire leurs preuves scientifiques et documentées, menaçant les docteurs individuels comme moi… Les activistes gays font preuve d’une irrationalité féroce. Ils font du moindre accord scientifique une question politique – ce qui est la seule chose qu’ils sont capable de faire, car la seule connaissance dont ils disposent n’est qu’une pseudoscience. »

Une commission d’examen a indiqué à Hollywood comment ils doivent traiter de l’homosexualité. De grands éditeurs ont refusé de publier des ouvrages faisant montre d’objections à l’égard de la révolution gay. Les gays et lesbiennes influencent l’éducation sexuelle au sein des écoles publiques, et leurs représentant ont pris le contrôle des comités de professeur dans les lycées de notre nation. Les organes législatifs étatiques ont abrogé les lois contre la sodomie.

Si la presse écrite intervenait c’était pour accompagner la révolution gay, peut-être parce que beaucoup de journalistes étaient eux-mêmes déjà favorables aux questions gay et se trouvaient être d’ardents défenseurs des homosexuels et de leurs mouvements. Et les journalistes qui n’étaient pas gays semblaient bien trop intimidés par la pensée unique pour s’opposer à ce qui se passait au sein de leurs propres rédactions.

Et maintenant, qu’arrive-t-il à ceux d’entre nous qui se lèvent pour présenter des objections ? Les activistes gays ont déjà anticipé cela. Ils ont créé une sorte de sagesse conventionnelle : déclarant que nous souffrons d’homophobie, une maladie qui a été créée par les gays en projetant leur propre hantise à l’égard de la société. Et nous sommes ainsi dépeint comme des fanatiques bigots parce que selon eux nous ne parvenons pas à traiter les gays avec compassion.

Les gays sont aujourd’hui présentés en des termes similaires aux noirs aux hispaniques ou aux handicapés. Comme les gays sont nés de cette façon et n’ont pas le choix de leur orientation sexuelle, toute personne qui vient à désigner leur état comme une aberration est maintenant un bigot antiaméricain. Étonnamment, de nos jours les étudiants de première année rentre à la maison pour leur premier Thanksgiving en annonçant : « Hé, maman ! Hé, papa ! Nous avons adopté un point de vue moral élevé. Nous avons rejoint la révolution gay. »

LE LAVAGE DE CERVEAU

Ma femme, Claire, qui possède l’aptitude infaillible d’aller au fond des choses, a déclaré un jour récemment en passant : « je pense que tout le monde est en train de subir un lavage de cerveau intensif. » Cela m’a semblé convaincant. Je sais que le terme de « lavage de cerveau » a été galvaudé. Mais la simple observation de ma femme m’a rappelé une brochure promotionnelle astucieuse que j’avais lue il y a quelques années. Elle était intitulée « Après le bal : comment l’Amérique va conquérir sa peur et sa haine des gays au cours des années 1990 », par Marshall Kirk et Madsen Hunter.

ball2Ce prospectus s’est avéré n’être qu’une compilation d’instructions utilisées par les militants gay lors de leurs campagnes pour normaliser l’anormal à travers une variété de techniques de lavage de cerveau qui avaient été condensées par Robert Jay Lifton dans son ouvrage phare « La réforme de la pensée et la psychologie du totalitarisme : une étude du lavage de cerveau en Chine. »

Ces militants ont gagné l’attention des médias et de larges financements pour radicaliser l’Amérique par un processus identifié comme la désensibilisation progressive, la confusion, puis la conversion. Ils désensibilisent l’opinion publique en promouvant l’idée que les gays « sont comme tout le monde ». Cela permet aux barrières des préjugés d’être surmontées, c’est-à-dire permettre aux hétérosexuels d’adopter une attitude neutre ou indifférente.

Ils parviennent ensuite à piéger les gens en les montrant du doigt pour les couvrir de honte et les accabler de culpabilité pour leur propre « bigoterie ». Kirk et Madsen écrivent : « Toutes les personnes normales éprouvent de la honte lorsqu’ils s’aperçoivent ne pas penser, sentir, ou agir comme un membre de la meute… L’astuce est de faire en sorte que le bigot réfractaire éprouve un sentiment contradictoire de honte lorsque son aversion à l’égard de l’homosexualité vient à faire surface. De cette manière, la publicité peut dépeindre les homophobes comme de vulgaires grandes-gueules haineuses… Elle peut les montrer sous le feu des critiques, de la haine, et de l’isolement social. Elle peut faire croire que les gays sont sujets à des souffrances terribles qui sont le résultat direct de l’attitude hostile dont même le plus réfractaire des homophobes auraient honte d’être la cause.

Puis enfin vient le processus qu’ils ont appelé la « conversion ». Kirk et Madsen ont prédit un changement de paradigme au sein de l’opinion publique qui surviendrait y compris parmi les bigots « si nous pouvons les présenter comme nous. » Ils ont déclaré : « la conversion vise à tout cela… la conversion émotionnelle, intellectuelle volontaire de l’opinion publique américaine, à travers une série d’attaques psychologiques, prenant la forme d’une propagande relayée à travers tout le pays par les médias. »

Dans le film « Philadelphia » nous voyons la technique de l’humiliation et le processus de conversion à l’œuvre au sein du pouvoir médiatique à son plus haut niveau. Nous voyons le personnage de Tom Hanks souffrir (parce qu’il est gay et a été infecté par le virus du Sida) entre les mains des bigots du cabinet d’avocats de Philadelphie au sein duquel il travaille. Nous seulement nous éprouvons de la honte face au comportement ouvertement homophobe des avocats crapuleux, mais nous venions à éprouver de la sympathie pour le sort de Hanks. (Les membre de l’académie de la Motion Picture Academy ont éprouvé tellement de sympathie à l’égard de Hanks qu’ils lui ont décerné un Oscar.) Nos émotions ont aidé à l’accomplissement de la stratégie de Kirk et Madsen : « de forcer les américains à changer leur regard, qu’ils le veuillent ou non. »

THBien peu ont osé critiquer le film « Philadelphia » comme un parfait exemple du genre de propagande annoncé par Kirk et Madsen. Depuis la publication du plan Kirk-Madsen, le peuple américain avait déjà été reprogrammé. L’homosexualité est désormais simplement devenue « un autre mode de vie ».

Et de surcroit, à cause de la persuasion incorporée dans des milliers de messages au sein des médias, l’acceptation par la société de l’homosexualité semblait un de ces détours historiques inhérent à l’époque ; oui, une sorte de conversion. Personne ne sait comme cela s’est produit, mais la nation a changé. Nous sommes devenus plus sophistiqués, dispensant plus d’amour à l’égard de tous, même envers ceux qui sont « affligés » de la maladie homosexuelle, pardon, de la condition.

En 1992, le président des États-Unis a déclaré qu’il était temps que les personnes ouvertement gay et lesbiennes ne soient pas chassées des forces armées de la nation. En 1993, les médias du pays ont célébré un immense élan de fierté gay à Washington, les téléspectateurs ont scandé avec un demi-million de manifestants : « Deux, quatre, six, huit ! Être gay c’est vraiment super ! » Cela nous a fait nous sentir bien avec nous-mêmes. Nous étions des américains patriotes. Nous venions encore d’abolir une autre forme de discrimination, nous avions anéanti l’une des affections les plus durables de la société : l’homophobie. Et le meilleur dans tout ça, nous savions maintenant qu’en plus d’être super, le fait d’être gay était à présent librement accessible…

Deuxième partie prochainement…

4 Commentaires

Un documentaire révèle l’astuce de «l’antisémitisme»

defamAprès avoir accordé un libre accès au réalisateur, le directeur de l’ADL Abe Foxman a fait interdire le film parce que ce dernier révélait la non existence de leur précieux antisémitisme ; en tout cas pas au point de justifier la levée de fond annuelle de 70 000 000$, ni le salaire de 527 000$ de Foxman.

Je dis aux jeunes juifs qu’Israël est la cause de l’Holocauste et non l’inverse.

Le documentaire de Yo’av Shamir sur l’antisémitisme « Defamation », démontre que les Juifs sont tout aussi prisonniers du Sionisme que les Palestiniens et le reste du monde.

Cela me fait mal au cœur de voir les jeunes israéliens se faire enfermés dans des cages mentales. Ils sont furieux contre le monde tandis qu’ils regardent les atrocités de l’Holocauste, pendant qu’on leur dit que les Juifs sont haïs universellement sans raison. Lors d’un voyage en Pologne, ils jouent même à être pourchassés par les Nazis.

En tant que Juif, j’éprouve de l’affection pour mes compatriotes Juifs qui ont été dupés et trahis. Tout comme eux, j’ai aussi subi un lavage de cerveau où l’on m’enseignait qu’Israël était une sorte de « police d’assurance » contre la « haine irrationnelle » de nos voisins les Gentils. C’est incroyable de voir à quel point bien peu de Juifs s’interrogent sur ce stratagème.

Je dis à ces enfants qu’Israël a été la cause de l’Holocauste, et non l’inverse. Dans les années 1930, seul un pour cent des Juifs allemands étaient sionistes. La moitié de tous les Juifs allemands faisaient des mariages mixtes. Les Rothschild ont financé Hitler afin de pouvoir transférer les Juifs en Israël, qui devait devenir le pivot de leur Nouvel Ordre Mondial. Les Sionistes ont travaillé la main dans la main avec les Nazis.

Les juifs sont « haïs » parce que beaucoup d’entre eux sont utilisés pour servir la cause satanique de Rothschild pour établir une tyrannie sur le monde.

Si les Juifs veulent comprendre leur véritable situation, ils doivent prendre conscience que la communauté juive organisée n’est pas du côté du bien, et ne l’a probablement jamais été. Elle est au service du plan pernicieux des banquiers kabbalistes. Grâce à la Franc-maçonnerie, presque toutes les organisations non-juive de l’Occident – politique, économique et culturelle – ont aussi été suberties.

foxman-102710Après avoir accordé un libre accès au réalisateur, le directeur de l’ADL Abe Foxman (à gauche) a fait interdire le film parce que ce dernier révélait la non existence de leur précieux antisémitisme ; en tout cas pas au point de justifier la levée de fond annuelle de 70 000 000$, ni le salaire de 527 000$ de Foxman.

La plupart des non-juifs savent faire la distinction entre la communauté juive organisée et le juif du quotidien qui leur sert de dupe. Ainsi, dans le film, l’ADL a eu du mal à montrer des preuves réelles d’antisémitisme. Certains enfants noirs jetaient des pierres sur un bus scolaire, on peut entendre un flic faire une remarque désobligeante, ou bien voir qu’un Juif ne parvenait pas à obtenir un congé pour une fête juive.

Les membres de l’ADL sont des voyous psychopathes dont le but est de dépeindre toute opposition à Israël et au Nouvel Ordre Mondial comme du racisme. Par exemple, il existe de nombreuses preuves tendant à montrer que le 11/09 a été une opération sous faux drapeau perpétrée conjointement par la CIA et le Mossad. Le rôle de l’ADL est de réprimer cette analyse pour empêcher toute enquête dans cette direction.

D’après un rapport publié par l’Executive Intelligence Review de Lyndon Larouche, l’ADL est le lobby et le bras armé des Rothschild.

L’HOLODOMOR (LITTÉRALEMENT « TUER PAR LA FAMINE »)

Si Abe Foxman est une référence, l’antisémitisme est causé par le comportement de Juifs tel que lui. La scène la plus effroyable montre comment Foxman conduit une délégation à Kiev où il fait la leçon à un conseiller spécial du président Viktor Iouchtchenko.

Foxman ne veut pas que les Ukrainiens comparent la famine des années 1930 où plus de dix millions de paysans ukrainiens trouvèrent la mort, avec « l’Holocauste ». L’Holocauste juif est absolument unique et il ne peut exister d’équivalence entre les deux.

« Attention à ne pas lier les deux, tel que votre génocide, notre génocide », dit-il. Le conseiller spécial a réprimé son indignation en se contentant de dire : « Compris. »

Considérez à quel point cela a dû être frustrant pour lui. L’Holodomor (littéralement « tuer par la famine ») fut mis en place par deux juifs communistes : Joseph Staline et Lazare Kaganovitch. Les listes officielles publiées en 2009 montrent que presque tous les communistes qui ont causé l’Holodomor étaient juifs. (Les groupes juifs souhaitent occulter ce fait.)holodomor

Shimon Peres, le président de l’État d’Israël conseillera plus tard aux Ukrainiens « d’oublier l’histoire ».

Imaginez si les Nazis avaient gagné la Deuxième Guerre mondiale à la place des sionistes. Imaginez une délégation de riches Nazis visitant Jérusalem aujourd’hui et exigeant que les Juifs cessent de se référer au massacre des Juifs européens aux mains des Nazis en tant qu’Holocauste.

Les Nazis diraient : « Arrêtez de comparer votre génocide au véritable génocide : le massacre de 250 000 civils allemands innocents sous les bombardements de Hambourg et de Dresde. »

Cette incapacité de la part de beaucoup de juifs à voir notre condition humaine commune, d’être objectif et honnête, de voir le point de vue des autres, est une cause majeure de l’antisémitisme. Cela semble avoir pour origine l’attitude Talmudique prônant que les non-juifs ne sont pas des êtres humains.

Pourquoi est-ce que cette franchise commerciale de l’Holocauste est si importante pour la communauté juive organisée ? Parce que la « culpabilité » est le bouclier derrière lequel s’abritent les sionistes pour asservir le monde. Les membres de la délégation de l’ADL admettent ouvertement dans le film qu’ils « jouent sur cette culpabilité. » Ou comme un ancien ministre israélien l’a admis : « L’antisémitisme est un truc que nous utilisons à chaque fois. »

CONCLUSION

Le film montre la naïveté des employés de l’ADL au sujet de leur rôle véritable. Ils avaient accordé l’accès à ce réalisateur israélien en pensant être dépeint comme des héros.

Foxman nie le fait que l’ADL disposerait d’un pouvoir spécial. « La perception du pouvoir détenu par les juifs est un des signes de l’antisémitisme », explique-t-il. « Les membres des gouvernements étrangers croient vraiment que nous pouvons influencer Washington. Nous ne voulons pas les détromper ! »

Le film contient un excellent portrait du professeur Norman Finkelstein qui est un véritable héros juif. Ce dernier déclare que l’obsession de l’ADL pour l’antisémitisme relève d’une forme de « narcissisme pathologique ». « Les Juifs forment le groupe ethnique le plus favorisé et le plus riche des États-Unis. »

fsteinFinkelstein, l’auteur du classique : « L’industrie de l’Holocauste » (2000) a été viré du milieu universitaire et banni de la vie intellectuelle en raison de la pression juive. Il a pris Israël à témoin pour son traitement envers les Palestiniens. Il traite Foxman de voyou et le compare à Hitler, en disant : « au moins Hitler n’a pas fait ça pour l’argent. »

Comme toutes les œuvres culturelles qui de nos jours révèlent la vérité, ce film a été supprimé par les sionistes.

Selon Wikipédia, « après que le film ait été projeté au Festival du film de Tribeca, l’Anti-defamation League a publié une déclaration dénonçant le film, affirmant qu’il « minimise la question (de l’antisémitisme)… et déprécie l’Holocauste. Il exprime le point de vue politique personnel pervers de Shamir, et constitue une occasion manquée de documenter un problème grave et important. »

Le critique du New York Times Neil Genzlinger indique que si ces idées méritent un examen approfondi et impartial, Shamir n’a pas été à la hauteur dans ce film.

Ce documentaire a couté environ 1,4 millions de dollar à réaliser. Il a rapporté 17 000$ dans les salles. Cela illustre comment non seulement les Juifs, mais nous tous sommes retenus en captivité par le contrôle sioniste de la culture. Voilà ce qu’il en est de nos prétentions à la liberté, dans le domaine universitaire et autre.

Tout au long de l’histoire, l’antisémitisme a été organisé par les Illuminati (c’est-à-dire les sionistes) comme un moyen de manipuler les Juifs. A présent, le terrorisme sous faux drapeau est utilisé pour manipuler le monde entier.

Un des guides présent au cours de la tournée des adolescents au sein des camps de concentration Nazis en Pologne a dit qu’il éprouvait des réserves quant à la perpétuation de cette « industrie de la mort ».

« Nous ne deviendrons jamais des gens normaux » a-t-il déclaré.

Cette remarque s’applique à chacun d’entre nous, tant que nous restons prisonniers de Sion.

5 Commentaires

Un banquier Illuminati : « Nous dissoudrons toutes les Nations »

c179c20cDans son livre Geneva Versus Peace (1937), le Comte de Saint Aulaire, l’ambassadeur de France en poste à Londres de 1920 à 1924, se souvient d’une conversation qu’il avait eue lors d’un dîner avec le Directeur de Kuhn & Loeb, Otto Kahn, peu après la Première Guerre mondiale. Ce compte-rendu édifiant avait été bien vite éliminé de la mémoire historique.

Nous avons déjà indiqué les raisons qui avaient présidé au financement du Communisme par les Illuminati.

Ici Kahn indique que les banquiers centraux kabbalistes utilisent également le nationalisme Juif (Sionisme) afin de dissoudre les identités nationales, d’ « unifier » le monde, et de supplanter Dieu pour inverser la réalité.

Il admet que leur but est de détruire l’État-nation :

« Nous les Juifs, formons une Ligue des Nations qui contient les éléments de toutes les autres. C’est cela qui nous qualifie pour unifier les nations autour de nous. Nous avons été accusés d’être les agents qui organisaient leur dissolution. C’est seulement sur des points imperméables à cette synthèse des éléments nationaux, dont les nôtres forment à la fois les modèles et les moyens, que nous agissons comme élément dissolvant. »

Ce passage explique les attaques contre la Lybie, l’Irak, la Syrie – Tous les États-nation indépendants sont visés.

Par le Comte de Saint-Aulaire

J’ai gardé en mémoire la conversation échangée avec une de ces augures dont la table était voisine de la mienne, lors d’un de ces diners internationaux… Il était devenu le directeur d’une grande banque de New York, une de celle qui finançait activement la Révolution Bolchévique… Un invité lui demanda comment il était possible que la haute finance protège et encourage le Bolchévisme, un système hostile à l’industrie bancaire… Notre ami qui se trouvait alors à la tête d’une institution charitable, pris une gorgée de Tokay, fit une pause, tira une longue bouffée sur son énorme cigare… et finit par dire :

« Ceux qui sont surpris de notre alliance avec les Soviétiques oublient que la nation d’Israël forme le plus nationaliste de tous les peuples, car elle est la plus ancienne, la plus unie et la plus exclusive… elle a existé à travers les siècles en dépit de tous les obstacles et sans territoire pour lui donner force et vigueur. Comme la papauté, elle est de forme œcuménique et spirituelle… Mais son regard est tourné vers le futur plutôt que le passé et son royaume est de ce monde.

C’est pourquoi elle est le sel de la terre, pourtant elle est en même temps, le plus dessalé des nationalismes, ce qui signifie que le monde le décante et le dépouille.

Lorsque je dis « dépouille », je veux dire que le vin de notre nationalisme est le plus buvable du monde ; il a le bouquet le plus fin, et les nations du monde l’absorbent avec la plus grande facilité, avec délice et sans le mal de tête du lendemain.

Mais pour revenir au sujet du sel, connaissez-vous le dicton des saleurs de poissons ? Trop de sel corrode la chair, trop peu la laisse pourrir. Ce précepte peut avec justice être appliqué à la fois à l’esprit humain et aux peuples de la terre. Nous, les Juif, l’appliquons sagement comme il se doit, le sel étant l’emblème de la sagesse. Nous le mélangeons discrètement avec le pain que les hommes consomment.

Nous ne l’administrons en doses corrosives que dans des situations exceptionnelles, lorsqu’il est nécessaire de se débarrasser des débris d’un passé immoral, comme ce fut le cas de la Russie Tsariste. Cela devrait vous fournir l’explication partielle de notre regard favorable à l’égard du Bolchévisme ; il s’agit d’une salaison admirable utilisée pour corrompre et détruire et non préserver…

khan1Vous m’objecterez que le Marxisme est l’antithèse du Capitalisme qui est tout aussi sacré à nos yeux. C’est précisément pour cette raison, étant directement opposés l’un à l’autre, qu’ils remettent entre nos mains les deux pôles de cette planète et nous permettent d’en être l’axe directeur. Les deux contraires, comme le Bolchévisme et nous-mêmes, trouvent leur identité dans l’Internationale. Ils se retrouvent dans l’identité de leur but, la recomposition du monde par le haut grâce au contrôle des richesses, et par le bas par la révolution.

Pendant des siècles Israël a été tenu à l’écart de la Chrétienté, parqué dans le ghetto… comme punition pour avoir tué Dieu. Ce sort nous a sauvé, et à travers nous, sauvera l’humanité. Grâce à lui, nous avons préservé notre génie et notre mission divine… Notre mission consiste à promulguer une nouvelle loi et à créer un Dieu, c’est-à-dire de purifier l’idée de Dieu et de la réaliser lorsque les temps seront venus. Nous purifierons l’idée de Dieu en l’identifiant avec la notion d’Israël, qui est devenu son propre Messie. Sa venue sera facilitée par le triomphe final d’Israël. Dans ces idées, nous trouvons notre Nouveau Testament, dans lequel nous réconcilions les rois et les prophètes, tout comme la figure de David le roi-prophète, le représentait en personne. Nous sommes rois pour que les prophéties s’accomplissent et nous sommes prophètes pour ne pas cesser d’être roi…

Dans l’organisation du Nouvel Ordre Mondial, nous sommes à l’œuvre à la fois par la révolution et la construction. Notre œuvre révolutionnaire est mise en évidence par le Bolchévisme destructeur, et la construction se révèle par la Ligue des Nations qui est aussi notre œuvre. Le Bolchévisme est l’accélérateur et la Ligue le frein du mécanisme au sein duquel nous sommes à la fois la force motrice et le pouvoir directeur. Quel est le but ? Celui qui est déjà déterminé par notre mission. Israël est une nation synthétique et homogène. Elle est formée d’éléments éparpillés à travers le monde entier, mais unis par la flamme de notre foi en nous-mêmes.

Nous les Juifs, formons une Ligue des Nations qui contient les éléments de toutes les autres. C’est cela qui nous qualifie pour unifier les nations autour de nous. Nous avons été accusés d’être les agents qui organisaient leur dissolution. C’est seulement sur des points imperméables à cette synthèse des éléments nationaux, dont les nôtres forment à la fois les modèles et les moyens, que nous agissons comme élément dissolvant.

Nous ne brisons pas la surface, excepté pour réveiller en profondeur les affinités qui ne se reconnaissent pas encore entres elles. Nous ne sommes le plus grand diviseur commun des nations que pour en devenir leurs plus grands fédérateurs communs. Israël est ainsi le microcosme en germe de la Cité du Futur. »

5 Commentaires

Le N.O.M. est le retour au Judaïsme totalitaire

I-Grande-11577-histoire-juive-religion-juive-le-poids-de-trois-millenaires.netD’où provient le désir de dominer et d’exploiter les autres ? L’ouvrage Histoire Juive, Religion Juive : le poids de trois millénaires fournit la réponse.

« Certains l’appelle Communisme, moi je le désigne comme ce dont il s’agit : du Judaïsme. » Le rabbin Stephen Weiss.

« L’anticommunisme est de l’antisémitisme. » Jewish Voice, Juillet-Août 1941.

Nous avons récemment appris que la NSA surveillait nos échanges et nos moindres déplacements.

La sécurité n’est qu’un prétexte car la plupart des actes terroristes sont perpétrés par l’État.

D’où provient ce besoin d’espionner et de dominer les autres ?

Le livre d’Israël Shahak, Histoire Juive, Religion Juive (1986) fournit la réponse. Depuis le IIème siècle jusqu’aux alentours du XVIIIème, les Juifs étaient sous la botte de leurs rabbins et de leurs dirigeants richissimes. Ils constituaient une « société en vase clos… une des sociétés les plus totalitaire de toute l’histoire de l’humanité. » (14-15)

Tel est le modèle sur lequel repose le Nouvel Ordre Mondial, à part qu’aujourd’hui tout le monde est en train d’être réduit en esclavage.

Depuis l’Empire Romain, le Judaïsme s’est préservé par la coercition et la violence physique. Les courts rabbiniques appliquaient les amendes, les flagellations, les peines de prison et même la peine de mort pour les Juifs qui transgressaient la moindre des centaines de lois gouvernant chaque aspect de leur vie quotidienne. « Les femmes juives qui cohabitaient avec les Gentils avaient leur nez coupé par les rabbins… Au cours des disputes religieuses, ceux qui étaient désignés comme hérétiques avaient leur langue coupée. »

Les rabbins et les riches juifs faisaient alliance avec l’aristocratie des Gentils qui appliquaient cette tyrannie et en partageaient les profits. Ils exploitaient les juifs pauvres et les paysans de la même manière. Les riches Juifs prospéraient toujours au sein des régimes féodaux oppressifs, parce qu’en tant que bureaucrates, baillis et fermiers généraux, ils servaient d’arbitre de l’oppression envers les paysans.

UNE SOCIÉTÉ EN VASE CLOS

D’après Shahak, le Judaïsme classique fut inspiré par l’image de Sparte comme elle se trouve décrite dans les Lois de Platon en 942. Le Judaïsme a adopté les objectifs de Platon décrits dans le passage suivant : (Shahak, p.13) "Le principe est que personne, homme ou femme, ne doit jamais se trouver affranchi de la tutelle d’un officier, et que personne ne doit jamais prendre l’habitude mentale, même pour plaisanter, de sa propre responsabilité individuelle. En temps de paix comme à la guerre, l’individu doit toujours vivre les yeux fixé sur son officier supérieur… en d’autres termes, nous devons former les esprits à ne jamais considérer d’agir en tant qu’individu, ni même de savoir comment le faire."

israel_shahak1(À gauche, Israël Shahak, 1933-2001)

Shahak explique que les termes de « rabbin » et d’« officier » sont interchangeables. Dans le Communisme, les fils de rabbins ont établi une nouvelle religion mondiale qui reflétait le fanatisme et l’oppression du Judaïsme classique.

Après avoir visité la Russie bolchévique en 1920, Bertrand Russel écrivit à Lady Ottoline Morrell : « Le bolchévisme est une bureaucratie tyrannique en vase clos, doté d’un système d’espionnage encore plus élaboré et terrible que celui du Tsar, et une aristocratie tout aussi insolente et impitoyable, composée de Juifs américanisés. Aucun vestige de liberté ne demeure, ni en pensé, ni en parole, ni en acte. » (The Autobiography of Bertrand Russel, p.354)

Shahak explique qu’Israël aussi est une « société fermée » dédiée franchement à la suprématie juive et la haine des non-juifs. La culture juive écarte tout examen de conscience honnête pour éviter que le véritable caractère maléfique du Judaïsme soit révélé. Shahak écrit : « Le Judaïsme classique ne montre que peu d’intérêt à s’exposer ou à s’expliquer auprès de ses membres… Le premier livre de l’histoire juive (traitant de l’histoire ancienne) fut promptement banni et supprimé par les autorités rabbiniques… En conséquence, il y a ne serait-ce que 200 ans, la vaste majorité des Juifs se trouvaient complètement ignorants au sujet de l’histoire juive et de celle de l’État de la juiverie contemporaine ; et ils étaient plutôt satisfaits de le rester… Les études juives sont constituées de polémiques contre un ennemi externe plutôt que de débats internes… Lorsqu’une société entière tente de retourner au totalitarisme, une histoire totalitaire est écrite. » (p. 20-22)

158361642De la même manière, l’Occident retourne vers ce totalitarisme. L’Occident est un mini-Israël ou le discours dominant est étroitement encadré et contrôlé. Les experts qui s’écartent de la ligne du parti sont virés ou réduits au silence. Nous sommes devenus des Juifs sous la botte du Judaïsme (c’est-à-dire le Communisme).

L’initié Christian Rakowski a expliqué que les banquiers Illuminati ont créé l’État Communiste comme « une machine de pouvoir total » sans précédent dans l’histoire. Par le passé, à cause de multiples facteurs, « il y avait toujours une place pour la liberté individuelle. Comprenez-vous que ceux qui règnent déjà partiellement sur les nations et les gouvernements du monde ont des prétentions à la domination absolue ? Comprenez que c’est la seule chose à laquelle ils ne sont pas encore parvenus. »

Le Judaïsme est constitué d’observances inutiles et de rituels formalistes, plutôt que de moralité ou de foi. Loin d’être de nature monothéiste, la Kabbale Juive inclue beaucoup de cultes et de prières destinés à se concilier Satan.

caricatCONCLUSION

A l’insu de la plupart des Juifs et des Gentils, le Judaïsme n’est pas la religion de l’Ancien Testament que la majorité des gens s’imaginent. Tous les cultes sataniques revêtent un masque de respectabilité. Tout comme ses émanations : le Communisme, le Sionisme et la Franc-maçonnerie, le Judaïsme est basé sur le Talmud et la Kabbale, qui cherche à supplanter Dieu et à redéfinir la réalité. Seuls les « initiés » sont au courant de ce secret.

Comme le banquier Otto Khan l’a déclaré, les dirigeants Juifs complotent pour devenir Dieu et « refaire le monde » à leur image : « Nous épurerons l’idée de Dieu en l’identifiant avec la nation du peuple d’Israël, qui est devenu son propre Messie. Son avènement sera facilité par le triomphe final d’Israël… »

Le but du Nouvel Ordre Mondial est d’introniser l’humanité au Judaïsme qui n’est que du Satanisme déguisé en « laïcité ». Voici 10 exemples de cette possession satanique. Un culte satanique est le modèle pour tout ce qui préside aux changements dont nous sommes les témoins. Telle est l’explication de l’intrusion dans nos vies privées par la NSA, et les massacres organisés et mis en scène dont le but est de confisquer les armes des citoyens.

La Juiverie Organisée est le cheval de Troie de ce plan de conquête, mais grâce à la Franc-maçonnerie, la plupart des gouvernements, des religions et de toute autres formes d’organisations ont été également subvertis.

Pendant la plus grande partie de leur histoire, les Juifs furent maintenus mentalement et physiquement en captivité par le Judaïsme. Le NOM est une recrudescence de cette tyrannie satanique pas seulement pour les Juifs mais pour l’humanité dans son ensemble. Selon les propres termes de Shahak : « Israël et le Sionisme sont un retour au rôle ancestral du Judaïsme classique, cette fois-ci au sens large à une échelle mondiale… »

JACQUES ATTALI

20 Commentaires

Un banquier illuminati dévoile leur méthode de contrôle

image005

Traduction par JLG

Dans un moment de franchise après la 1ère guerre mondiale, Otto Khan, partenaire de la banque Kuhn Loeb, explique que les banquiers cabalistes "refont" le monde en créant des conflits artificiels et en en déterminant le résultat. Il s’agit notamment de deux guerres mondiales, de la guerre froide, et de la "guerre contre le terrorisme" sans parler de la fracture bidon "gauche-droite" qui maintient l’Amérique [ou la France] dans l’impasse.

Otto Kahn (1869-1934) était un partenaire de Jacob Schiff et de Paul Warburg chez Kuhn Loeb, la banque d’investissement la plus influente des Etats-Unis. Il est ainsi intéressant de rappeler ce qu’il a dit à propos de la stratégie juive illuminati.

Dans son livre "Genève versus la paix" (1937), le comte de Saint-Aulaire, qui était l’ambassadeur français à Londres, a rappelé une conversation avec Otto Kahn lors d’un dîner qui a eu lieu peu de temps après la Première Guerre mondiale. Cet exposé choquant est rapidement en train de disparaître dans le "trou de la mémoire".

Demandant pourquoi les banquiers protégeaient le bolchevisme, un système soi-disant hostile à la propriété privée, Kahn a tiré sur son énorme cigare et a expliqué que les banques créent des contraires apparents pour  "refaire le monde ", en fonction de leurs propres spécifications :

" Vous dites que le marxisme est l’antithèse même du capitalisme, qui est tout aussi sacré pour nous. C’est précisément pour la raison que ce sont des contraires directs l’un vis à vis de l’autre, qu’ils ont mis dans nos mains les deux pôles de la planète et nous permettent d’en être son axe. Ces deux contraires, comme le bolchevisme et nous-mêmes, trouvent leur identité dans l’Internationale. [ Il voulait vraisemblablement parler du Komintern.]

"Ces opposés… se retrouvent dans l’identité de leur but et aboutissent à la refonte du monde depuis le dessus par le contrôle des richesses, et depuis le bas par la révolution.

"Notre mission consiste à promulguer la nouvelle loi et la création d’un Dieu, c’est-à- dire dans la purification de l’idée de Dieu, et à la réaliser lorsque l’heure sera venue. Nous allons purifier l’idée en l’identifiant à la nation d’Israël, qui est devenue son propre Messie. L’avènement de celui-ci sera facilité par le triomphe final d’Israël…

"Notre dynamisme essentiel utilise les forces de la destruction et les forces de la création, mais utilise la première pour nourrir la deuxième… Notre organisation pour la révolution est attestée par le bolchevisme destructeur et pour la construction par la Société des Nations, qui est aussi notre œuvre.

"Le bolchevisme est l’accélérateur et la Ligue est le frein sur le mécanisme dont nous fournissons à la fois la force motrice et la puissance de guidage.

"Quel est le but ? Il est déjà déterminé par notre mission. Elle est formée d’éléments disséminés dans le monde entier, mais jeté dans la flamme de notre foi en nous-mêmes. Nous sommes une Société des Nations qui contient les éléments de tous les autres… Israël est le microcosme et le germe de la ville de l’avenir".

Les gens qui pensent prendre la place de Dieu sont des satanistes. Les satanistes redéfinissent la réalité et la morale, en les retournant à l’envers. Ils cherchent un monopole politique, économique et culturel mondial institutionnalisé dans un gouvernement mondial.

Cela est réalisé par un processus dialectique hégélien de création d’adversaires (thèse – antithèse) et la réalisation d’une synthèse qui correspond à leurs objectifs. Dans le processus, les opposants potentiels sont éliminés

COMMUNISME – CAPITALISME

image004Dans la révélation "Symphonie Rouge", l’initié Christian Rakovsky a montré comment le communisme et le capitalisme ont fait partie de ce processus dialectique. Dans chaque cas, le cartel bancaire juif illuminati contrôle toute la richesse et la puissance.

"A Moscou, il y a le communisme : à New York, le capitalisme. C’est la thèse et l’antithèse.  Analysons. Moscou, c’est un communisme subjectif, mais [objectivement] c’est du capitalisme d’État. New York, c’est du capitalisme subjectif, mais objectivement du communisme.  Une synthèse personnelle, la vérité : la finance internationale, le communisme capitaliste. «Eux.» "

En URSS, l’État détenait les sociétés et l’État appartenait aux banquiers, c’est à dire du capitalisme d’État. Les États-Unis présente objectivement également des traits de communisme parce que les mêmes banquiers contrôlent la plupart des sociétés.

Bien sûr, ce qui est cohérent avec la célèbre citation de 1954 de Rowan Gaither, président de la Fondation Ford : "Nous exerçons nos activités  ici en vertu des directives qui émanent de la Maison Blanche… La substance des directives dans lesquelles nous exerçons nos activités, c’est que nous allons utiliser notre octroi de pouvoir de pour modifier la vie aux États-Unis de façon à ce que nous puissions confortablement être fusionnés avec l’Union soviétique".

CONCLUSION

Nous sommes dans les dernières étapes d’un complot à long terme par une cabale de banquiers juifs et leurs laquais maçonniques d’ériger un état policier mondial, et de nous contrôler par la fraude et la force (leurs mots d’ordre. ) Ceci a été réalisé par un "processus dialectique artificiel" dont  les meilleurs exemples sont la Deuxième Guerre mondiale et la guerre froide où ils ont fabriqué et financé les adversaires.

Sur le plan intérieur, la dialectique illuminati se reflète par George Soros qui finance la gauche, et les frères Koch qui financent et contrôlent la droite.
Les deux sont des juifs illuminati. La gauche radicale et l’islam sont également financés par des sociétés au travers de la fondation Tides. Vous pouvez parier que ce financement s’étend au contrôle des médias par la propriété ou la publicité. Il s’étend également à des universités, des fondations et des think tanks.

Des manifestations de masse comme Occupy Wall Street font partie de cette fausse dialectique. Ce serait réel s’ils  exigeaient : (1) La nationalisation de la Fed, la création de monnaie sans dette et l’abandon de cette partie de la dette nationale créée par inscription en compte. (2) Une enquête indépendante sur le 11-Septembre et la poursuite des responsables de l’attentat et de la dissimulation. (3) Que toutes les campagnes politiques nationales soient financés par l’État. Pour le prix d’ un croiseur de combat, nous pourrions avoir une véritable démocratie. (4). Que les monopoles de médias soient dissous. (5). Que les interventions de l’OTAN (Rothschild) soient arrêtées. En l’état, la résistance populaire est un jeu de guignols bancaire.

J’espère me tromper, mais je crois que la Russie de Poutine fait partie de cette stratégie de contrôle. Il en va de même pour l’Iran et même la Chine. Le Mouvement libertaire et les mouvements anti- communistes des années 1950 ont été motivés de façon similaire. Nous n’avons pas de liberté politique réelle, tout comme nous n’avons pas de véritable culture. Tout est conçu pour faire avancer l’agenda du Nouvel Ordre Mondial, un monopole économique, politique et culturelle total par les banquiers iIluminati. Vos commentaires sont les bienvenus.

NOTE :

Otto Kahn illustre également comment ces banques créent la réalité par le contrôle de ce qui se passe pour la culture. Kahn a financé de nombreux films et a pratiquement créé le Metropolitan Opera de New York. Il était responsable de l’introduction de Stanislavski, Nijinski, les joueurs de l’abbaye, le Théâtre d’Art de Moscou, et pratiquement tous les autres personnages et événements importants au cours de la période la plus vigoureuse de l’histoire du théâtre américain. Il a subventionné, parrainé, et entretenu des relations étroites avec Toscanini, Caruso, Chaliapine, Pavlova, Pirandello, Eugene O’Neill, Paul Robeson, Grace Moore, et des centaines d’autres artistes dont les noms font désormais partie de cette histoire.

Apparent à tous ceux qui ont des yeux pour voir, leur agenda satanique comprend la destruction du mariage et de la famille et l’intégration du satanisme, de l’homosexualité, de la pornographie, de la promiscuité,  de la pédérastie et de  l’inceste.

NOTE (Dan).  Cette citation du puissant Otto Kahn par nom moins que l’ambassadeur français en Grande-Bretagne au cours de l’entre deux guerres m’a fait tomber de ma chaise ce matin. J’ai vérifié – le livre existe bien, c’est donc indiscutable que le comte de Saint-Aulaire l’a écrit.
À mon grand désarroi, je n’ai trouvé aucune encyclopédie internet mentionnant l’ambassadeur Saint-Aulaire. Il semble que quelqu’un a essayé de le jeter dans le «trou de mémoire» d’Orwell.

J’ai continué à creuser et j’ai trouvé la preuve irréfutable de son existence dans un journal 1921 y compris les photos.

image001Voici également un scan d’une revue littéraire de 1937 de la «Genève versus la paix":

"La thèse de ce petit essai violent sur la politique internationale, c’est que la Société des Nations (*), créée pour empêcher la guerre, n’a rien fait d’autre que de l’engendrer et de la favoriser."

(*) En 1945, la Société des Nations a été ressuscitée sous une nouvelle image : Les Nations Unies.

4 Commentaires

Le Juif de Wall Street

  wallstreet-580

Tout au long de l’histoire la juiverie organisée a œuvré à la subversion des sociétés chrétiennes et sapé les valeurs chrétiennes. Le film « Le loup de Wall Street » perpétue cette tradition en glorifiant et normalisant un comportement dévié et dégénéré.

« Les goyim sont un troupeau de mouton et nous sommes leurs loups. Et savez-vous ce qui se produit lorsque les loups s’emparent du troupeau ? » Protocoles des Sages de Sion 11

« Le loup de Wall Street » dirigé par Martin Scorsese est un film sur des Juifs arnaquant des goyim et se défonçant à la cocaïne tout en fréquentant des prostitués. Mais vous ne vous en rendrez pas compte parce que le protagoniste est un goy joué par Leonardo di Caprio, choisi à dessein pour propager les valeurs sataniques du film.

Tout comme beaucoup de Juifs changèrent leur nom, Hollywood s’emploie à dissimuler l’ethnicité des personnages. Par exemple, dans Chicago, l’avocat juif joué par Richard Gere est présenté comme l’Irlandais « Billy Flynn ». Dans « Le mystificateur », le plagiaire juif homosexuel est dépeint comme un goy hétérosexuel, de manière à convaincre les goyim que le comportement juif gay est le leur. Dans Mean Streets, Martin Scorsese dépeint les criminels de rue comme étant blancs, alors qu’en réalité ce sont des noirs.

Tout au long de l’histoire l’antisémitisme était justifié parce que les Juifs s’employaient à subvertir les sociétés chrétiennes et à saper les valeurs chrétiennes, aidés en cela par leurs marionnettes franc-maçonnes. Le loup de Wall Street est l’histoire d’un arnaqueur juif Jordan Belfort qui a vendu pour des millions de produits financiers frauduleux à ses clients. Il finit par faire une overdose de drogue, puis il divorce et passe 22 mois en prison. Il n’a toujours pas remboursé ses victimes.

Le film célèbre la fraude, la crudité sexuelle et la drogue, y compris la masturbation homosexuelle et le fait de sniffer de la cocaïne sur les fesses d’une prostitué. Le mot fuck est utilisé 569 fois. Il a reçu d’excellentes critiques, déjà engrangé 80 millions de dollars et reçu cinq nominations aux Oscar y compris celui de meilleur film, meilleur réalisateur et acteur.

De manière symbolique, le film est sorti le jour de Noël.

LA VÉRITABLE HISTOIRE

La véritable histoire n’est pas racontée. Pourquoi Belfort et ses collègues Juifs n’éprouvent-ils aucun remord en confisquant les économies de toute une vie ? C’est parce qu’il s’agit de goyim !

L’écrivain juif Ron Eshman évoque cette question dans un article : Jordan Belfort et le problème juif dans le loup de Wall Street.

jonah(Jonah Hill joue le seul personnage explicitement juif Donnie Azoff)

« Mais entre nous (les juifs), parlons de Belfort le juif – parlons-en. Dans le film on ne parvient jamais à comprendre comment quelqu’un d’aussi doué puisse être à ce point moralement détaché. Mais dans ses mémoires, à partir desquelles le film est tiré, dès que Belfort fait référence à ses racines juives, le diagnostic devient plus évocateur.

C’est un gamin de Long Island. Son père, Max, a grandi au sein du vieux Bronx juif, à l’époque de la grande dépression. Belfort n’a pas du tout été élevé dans un environnement pauvre, c’est juste qu’il n’était pas assez riche à son gout. Le manque présent en lui n’était pas imputable à la pauvreté, mais à son désir de reconnaissance. Les « WASP au sang bleu », écrit Belfort, me considéraient comme une attraction juive de cirque. »

Belfort évoque ses recrues de la manière suivantes : Ils étaient les jeunes juifs les plus sauvages de Long Island. Venant de Jéricho et Syosset, c’est de la moelle de ces deux ghettos juifs de la classe moyenne supérieure que la plupart de mes cent premiers Strattonites provenaient… » Il avait donné à sa compagnie le nom goy de Oakmount Stratton.

belfort(Le vrai Jordan Belfort)

Cela n’est vraiment pas compliqué à comprendre. Le pauvre petit Jordan voulait montrer à ces WASP et à leur country club au sein desquels il ne pouvait pas pénétrer, qu’il était plus intelligent, plus riche et meilleur qu’eux. Ce qu’il ne comprenait pas est que tout juif, toute minorité en fait, partage le même désir. Mais seuls quelques un décident que le seul moyen de s’en sortir est de faire du mal aux autres. »

Eshman s’engage dans l’auto-tromperie juive typique : la croyance que les juifs réagissent à l’antisémitisme alors qu’en fait ils en sont la cause profonde. Le Talmud prêche que les non-juifs sont des animaux créés pour servir les élus. Ce sont les attitudes provoquées par ce racisme, ainsi que le Satanisme inhérent à la Kabbale qui ont causé l’antisémitisme.

Eshman suggèrent aux juifs de se demander s’il n’y a pas quelque chose de fondamentalement mauvais dans leurs valeurs : « Belfort, tout comme Bernie Madoff, est un exemple extrême. Ce sont des gens qui sentent qu’ils n’ont rien, qu’ils ne sont rien, alors ils font tout pour tout avoir. Ils franchissent continuellement la ligne jaune.

La question qui me taraude est : n’y aurait-il pas quelque chose qui cloche au sein de la vaste zone grise qui les mène à franchir cette ligne. Les Belfort et les Madoff sont-ils des mutations non naturelles, ou sont-ils les excroissances inévitables d’attitudes profondément enracinées au sein de notre communauté ?

De nos jours, nous débattons ardemment au sujet du boycott par l’ASA (American Studies Association) des universitaires israéliens et sur le fait que les étudiants juifs du Swarthmore College doivent accueillir des intervenants anti-sionistes… Mais est-ce que le débat dont nous aurions besoin au sein de notre communauté ne concerne-t-il pas les conditions favorables à l’émergence du prochain Madoff ou du prochain Belfort. Cela n’est pas un film, c’est une honte. »

CONCLUSION

Félicitations à Rob Eshman pour oser aller aussi loin. Mais les juifs doivent aller bien plus loin et reconnaitre que le judaïsme kabbalistique est essentiellement un culte satanique. Le fait qu’il se soit emparé du monde sous couvert de la laïcité n’en réduit pas la nocivité.

Et tout le monde doit attaquer Hollywood pour son influence pernicieuse sur la société moderne. Un scénariste a même confronté Scorsese et Di Caprio lors d’une projection, en leur disant : « Honte à vous. C’est dégoutant. » Une actrice Hope Holliday a tweeté : « Trois heures de torture. La même merde dégoutante déversée jusqu’à la nausée. » La fille de l’un des acolytes de Belfort a été jusqu’à dénoncer publiquement la fausseté de son mode de vie. « Derrière tout cela, il n’y avait vraiment qu’une spirale honteuse de perdition masquée par l’addiction, que nous aimons appeler ambition, alors qu’il s’agit seulement d’avidité. »

Un autre reproche contre les juifs est qu’ils ne produisent rien, mais ne font qu’échanger. Je ne pense pas que cela soit vrai de la plupart de ceux qui travaillent très dur au sein de professions diverses et variées. Pourtant le marché boursier est devenu un gigantesque casino et les goyim sont maintenant aussi devenus des traders à temps-plein. CNBC analyse 24 heures sur 24 des achats et des ventes. En toute occasion, la question est : « combien cela peut rapporter ? » Puis Jim Cramer survient avec un « argent fou » et tente les goyim encore plus.

Le marché boursier est encore plus tentateur que la pornographie. Qui peut résister à la tentation de gagner de grosses sommes d’argent en tapant sur quelques touches de clavier ?

Le loup de Wall Street se présente comme un conte moral. Mais au final il ne fait que promouvoir la chose qu’il prétend condamner ; ce qui me pousse à m’interroger : « les juifs Illuminati et les francs-maçons nous conduisent-ils vers une chute similaire à celle de Jordan Belfort ? »

Un commentaire

Illuminati 2 disponible en Français!!!

Illuminati2

LE CRÉPUSCULE DE LA CIVILISATION

 Un culte satanique dépravé appelé les Illuminati est engagé dans une guerre secrète contre l’humanité. Ceci est la clef permettant de comprendre l’histoire tragique de l’humanité et la situation dans laquelle elle se trouve aujourd’hui.
Depuis plus d’un millier d’années, les prêteurs de deniers kabbalistes ont conspiré pour usurper le pouvoir de l’Église et de l’Aristocratie, d’après le plan détaillé dans «Les Protocoles des Sages de Sion»
Ce plan ne représente pas les Juifs, mais seulement une petite kabbale de banquiers qui sont organisés en sociétés secrètes maçonniques. Ils se sont mariés avec d’éminents Gentils et ont formé un vaste réseau clandestin occulte et criminel. Ils construisent activement un gouvernement mondial totalitaire derrière la façade de la démocratie.
Remplaçant Dieu, la laïcité est une étape transitoire vers leur Satanisme. Ils impliquent les nations dans des guerres inutiles et ensorcèlent les masses avec la pornographie, la violence, la vulgarité et le divertissement. Ils s’attaquent à nos sources d’identité et d’amour – Dieu (la religion) ; la famille (la théorie du genre) ; la nation et la race – de façon à nous diminuer et à nous déshumaniser.
Cela parait incroyable, mais après avoir lu certains de ces 70 courts articles, vous acquiescerez. Leur emprise est en partie basée sur le contrôle mental qu’ils exercent. Si vous connaissez la vérité, ils ne peuvent plus vous influencer.
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 164 followers