Poster un commentaire

MAKOW – C’est notre moment Jonestown

 

 

Renonçant au Créateur, l’humanité a été initiée dans un culte satanique.

Pas le « Peoples’ Temple » de Jim Jones, mais le cabalisme, l’illuminisme.

Si nous laissons Joe Biden voler la présidence,

nous pouvons tout aussi bien « boire le Kool-Aid » et nous préparer à mourir.

 

 

 

 

 

 

par Henry Makow, PhD 

 

Le communisme étend le monopole des Rothschild sur le crédit (création monétaire) en un monopole sur littéralement tout ce qui a de la valeur. L’énergie. Les gens. Les produits de base. Les animaux. L’information. Le discours. La pensée. Le comportement. Son objectif est de déposséder, d’asservir et même d’exterminer l’humanité. L’Agenda 21 (l’agenda de l’ONU pour le 21ème siècle) le confirme, qui appelle à un inventaire de tout et exige que les gens abandonnent la propriété privée.

Les Rothschild et leurs copains jouissent d’une richesse illimitée. Mais ils s’ennuient. Désormais, ils veulent une puissance illimitée. Ironiquement, ce qu’ils veulent vraiment, c’est Dieu, la Vérité aimante, la chose même qu’ils souhaitent détruire. Ce sont des psychopathes.

 « Quand nous nous apprêterons à prendre les États-Unis, nous ne les prendrons pas sous l’étiquette du communisme ; nous ne les prendrons pas sous l’étiquette du socialisme. Ces étiquettes sont désagréables pour le peuple américain, et ont été trop souvent lancées. Nous prendrons les États-Unis sous des étiquettes que nous avons rendues très aimables ; nous les prendrons sous l’étiquette du libéralisme, du progressisme, de la démocratie. Mais pour les prendre, nous les prendrons ». – Alexander Trachtenberg (1885-1966) devant les partis communistes nationaux, Madison Square Garden, 1944 Source : Bella Dodd (1904-1966) ]

Les gens sont étonnés du mépris éhonté des «  Démonrates » pour la démocratie et une décence fondamentale. Les communistes sont des satanistes. Les satanistes se consacrent à détruire la civilisation. La « révolution » bouleverse la réalité sens dessus dessous, mettant Satan au sommet au lieu de Dieu. Ce qui est naturel et sain est calomnié comme étant contre-nature et malsain.

Par exemple, ils détruisent l’amour entre un homme et une femme en faisant pression sur les femmes pour qu’elles soient plus masculines et sur les hommes pour qu’ils soient plus féminins. Ce qu’ils appellent «progressisme» est en fait conçu pour détruire. Ils nient l’existence de Dieu, avec lequel ils sont en compétition. Ils nient que nous ayons une connexion spirituelle avec Dieu. Les juifs ne le savent pas mais le judaïsme tel que défini par la Cabale est essentiellement satanique. Il cherche à détruire la civilisation et à la remplacer par une dystopie orwellienne où ils contrôleraient tous les aspects de la vie. Les Rothschild cherchent à supplanter Dieu.

Les communistes ne respectent pas les règles. La fin justifie les moyens. L’essence du satanisme est de briser les règles: faire fi de l’ordre naturel et moral. Les Américains sont privés de leurs droits. Si Biden est autorisé à l’emporter, il n’y aura plus jamais d’élections honnêtes. Les Américains et le monde continueront à être bernés quotidiennement pour l’éternité.

Le « #scamdemic » sera utilisé comme prétexte pour enregistrer et contrôler tout le monde, et interner tous les dissidents. Les banquiers centraux se sont emparés de nos cartes de crédit nationales et ont créé de l’argent à partir de rien. Ils se sont emparés de la poule aux œufs d’or. Ils ont ce que tout le monde veut: de l’argent.

Tous ceux qui soutiennent le «  #scamdemic » ou Big Joe (Biden) leur sont endettés ou dans le coup. La seule chose qui empêcherait les communistes de voler cette élection est l’État de droit. Ce qui est en jeu? La Règle de droit. Elle doit prévaloir ou nous sommes perdus. Au final, la primauté du droit est basée sur la Loi divine.

CONCLUSION 

Quel est l’enjeu ? Malgré ses défauts, l’humanité pourrait bien être le couronnement de l’oeuvre de Dieu, la forme de vie la plus élevée de l’univers. Une responsabilité effrayante pour elle.

C’est pourquoi les satanistes (communistes) veulent dégrader et détruire l’humanité. Ils détestent l’Amour, la Bonté, la Vérité, la Beauté et la Justice. Ils détestent l’humanité.

Ils détestent Dieu. Ils veulent tout posséder et priver Dieu de son oeuvre. Si Biden réussit, rien ne leur fera obstacle. L’humanité entrera dans un âge des ténêbres dont elle ne sortira peut- être jamais.

1 commentaire

Le communisme est le virus; le COVID est l’excuse

 

Des agents « soviétiques » ont conçu le FMI, la Banque mondiale et les Nations Unies


« Nous vivons dans une société totalitaire qui meurt d’envie de retirer son masque d’une manière qui fasse paraître la tyrannie comme normale, naturelle et nécessaire, de sorte que les masses accepteront une dégradation et une servitude accrues. « 



J’ai écrit cela en 2009. C’est en train d’arriver.



Des agents « soviétiques » ont conçu le FMI, la Banque mondiale et les Nations Unies
11 janvier 2009
par Henry Makow Ph.D.

 

Nous pensons généralement au Nouvel Ordre Mondial comme quelque chose qui viendra dans l’avenir.

En fait, une dictature voilée de banquiers juifs maçonniques existe depuis un certain temps.

Les banquiers juifs Illuminatis ont repris les leviers du pouvoir tout en conservant une apparence de démocratie et de liberté. Ils l’ont fait en dupant les juifs et les maçons, et la population en général, en utilisant le libéralisme, le socialisme, le sionisme et le communisme.

Lisez ce que les Protocoles de Sion disaient à propos du libéralisme et du socialisme: « Loin dans l’Antiquité, nous avons été les premiers parmi les masses populaires à crier les mots » Liberté, Égalité, Fraternité « , des paroles maintes fois répétés depuis lors par de dociles perroquets qui, de tous côtés, se sont précipités sur ces appâts et se sont enfuis avec le bien-être du monde … »(Protocole 1-25)

Les Illuminatis officialisent leur tyrannie en utilisant, par exemple, la fausse «guerre contre le terrorisme» comme prétexte pour suspendre les libertés civiles et construire un état policier. Notez que personne n’a demandé à Barack Obama de retirer le «Patriot Act».



TYRANNIE DE FACTO


Récemment, je me suis souvenu de cette tyrannie de facto quand j’ai lu que les grandes institutions du monde d’après-guerre avaient été créées par des «espions soviétiques», c’est-à-dire des hommes travaillant directement pour les banquiers juifs illuminatis (maçonniques). Le plus éminent était Harry Dexter White, fondateur (et directeur) du FMI, ainsi que de la Banque mondiale.

En tant qu’assistant du secrétaire au Trésor Henry Morgenthau, également agent soviétique, White (un juif, à l’origine « Weit ») a également livré aux Soviétiques les plaques d’impression de la monnaie d’occupation américaine en Allemagne, ce qui coûta 50 milliards de dollars aux États-Unis. L’administration de Franklin Delano Roosevelt regorgeait d’espions soviétiques, pour la plupart juifs, protégés par FDR lui-même. Parmi eux, des espions au sein du projet Manhattan qui livrèrent les plans de la bombe atomique à la Russie.

Il n’y avait rien de «russe» en URSS. C’était un état juif illuminati (maçonnique) construit par des sociétés occidentales contrôlées par d’autres juifs illuminatis.

Si White a aidé à fonder le FMI et la Banque mondiale, Alger Hiss, un colonel du GPU soviétique, a contribué à la conception des Nations Unies et en a été le premier secrétaire général par intérim. Un rejeton de la Société des Nations, l’ONU est le principal mécanisme du gouvernement maçonnique juif mondial.

Je dis «juif maçonnique» parce que la plupart des juifs ne sont pas des maçons et la plupart des maçons ne sont pas juifs. Mais la franc-maçonnerie est une société secrète basée sur le judaïsme. L’essence d’une société secrète est que les membres ne soient pas au courant des objectifs réels. Ils sont manipulés pour remplir un agenda caché, dans ce cas la domination du monde.

 White et Hiss (ci à gauche) auraient pu être dupes, croyant aider à « changer le monde ». Mais pensez-y. Ces architectes du FMI, de la Banque mondiale et des Nations Unies étaient tous deux des agents «soviétiques», des traîtres, preuve que la prise de contrôle secrète des Illuminatis était complétée dès les années 1930 ou même avant.

(Ma source sur l’espionnage de White et Hiss est l’interrogatoire par la CIA du chef de la Gestapo hitlérienne Heinrich Muller, qui avait intercepté des câbles soviétiques de Washington à Moscou (Voir « Gestapo Chief, The 1948 Interrogation of Heinrich Müller, Vol. III », par Gregory Douglas, pp. 162-173.) Cela a été confirmé plus tard par le témoignage de la transfuge soviétique Elizabeth Bentley et par la publication du dossier VENONA par le Service de renseignement de l’armée américaine.)

 

LES SABBATÉENS

Bien que Hiss ne fusse pas juif, il était un protégé de Felix Frankfurter, juge de la Cour suprême et juif sabbatéen.

Les Sabbatéens étaient une hérésie juive du 17ème siècle, un culte satanique qui a donné naissance aux Illuminatis. De puissants banquiers comme les Rothschild faisaient partie du plus d’un million de disciples de ce culte. Lorsque leur chef Sabbatai Zvi prétendit se convertir à l’islam (sous la contrainte du sultan), les Sabbatéens l’imitèrent en infiltrant d’autres nationalités et religions. Telle est l’origine de l’assimilation juive (la «Haskalah»), d’autant plus efficace que la plupart des juifs étaient sincères.

Les Sabbatéens inconditionnels étaient des cabalistes déterminés à être Dieu / Messie et à faire en sorte que le monde les adore. Ils firent progresser ce programme en recrutant des élites non juives prêtes à trahir leur pays sous le couvert de la franc-maçonnerie. (La franc-maçonnerie est basée sur le cabalisme juif.) Le communisme et le sionisme sont à la fois des mouvements maçonniques et des instruments illuminatis. Ils ont amené Hitler au pouvoir et ont conçu l’Holocauste pour récupérer au sionisme les Juifs assimilés.

Frankfurter était un «conseiller» à la fois de Woodrow Wilson et de FDR. Leurs groupes de conseillers, ou «brain trust», étaient les intermédiaires entre les banquiers illuminatis et ces politiciens, simples figures de proue qu’ils géraient pour ces banquiers..

 Un autre agent juif « soviétique », Abe Fortas, également juge à la Cour suprême, s’occupait de Lyndon B. Johnson. Le banquier Victor Rothschild lui-même était l’agent « soviétique » ultime.

Financé par le cartel des banque centrales, l’Ordre des Illuminatis contrôle les agences de renseignement et la plupart des organisations et sociétés importantes. Mais ils fonctionnent sans liens directs. FDR et Staline voulaient tous deux que le vice-président Henry Wallace, un autre agent soviétique, succède à la présidence. Mais Truman a été installé à la place, probablement parce que les Illuminatis voulaient une guerre froide pour dégrader davantage l’Occident. Comme toutes les guerres, la guerre froide fut un canular conçu pour concentrer davantage le pouvoir et le profit entre les mains des banquiers Illuminatis. Les Illuminatis ont toujours besoin d’un ennemi extérieur pour détourner l’attention d’eux-mêmes, l’ennemi intérieur.

 

LE MODÈLE DE SOCIÉTÉ SECRÈTE

Le monde entier est maintenant structuré comme une société secrète cabaliste. La grande majorité des gens se trompent en pensant qu’ils sont libres et poursuivent des objectifs louables. Seuls les «adeptes» comprennent que le véritable but de toutes les tendances sociales, mouvements et événements mondiaux est de conditionner les masses à jouer leur rôle dans la tyrannie mondiale des banquiers maçonniques.

Comme expliqué dans les «Protocoles de Sion», ce rôle est d’être «abattu» en permanence, infantilisé, faisant confiance aux «dirigeants» à tous égards.

Ainsi, cet arrêt du développement personnel est favorisé par la sape du mariage hétérosexuel et de la famille en utilisant la promiscuité sexuelle, le féminisme et l’homosexualité. La diversité, le multiculturalisme et l’immigration sont tous utilisés pour saper les nations et les races d’origine européenne. La «culture» est trempée dans le sexe, la violence, les anecdotes, l’athéisme, le nihilisme et le satanisme, qui trouvent leur origine dans le cabalisme (satanisme).




 

 

 

 

Les événements mondiaux et les tendances sociales sont conçus pour faire progresser la tyrannie du gouvernement mondial. La semaine dernière, nous avons de nouveau entendu Henry Kissinger et «Three Stooges», Brown, Merkel et Sarkozy décrire la crise du crédit comme une «opportunité» pour un nouvel ordre mondial.

Dans une déclaration célèbre à la réunion de Bilderberg de juin 1991, David Rockefeller a remercié les médias pour leur aide à créer « la souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et des banquiers mondiaux, ce qui est sûrement préférable à l’autodétermination nationale pratiquée au cours des siècles passés ».

Bien sûr, «l’élite intellectuelle» est vraiment une feuille de vigne pour couvrir la tyrannie des banquiers. Plus précisément, des «putes intellectuelles», enrobent l’agenda du gouvernement mondial dans de fausses platitudes. Comme je l’ai dit, les banquiers veulent traduire leur monopole économique en un monopole politique, culturel, spirituel et mental total. C’est l’essence du communisme, la propriété totale et le contrôle de tout par un culte satanique, le cabalisme juif, également connu sous le nom d’illuminisme ou de matérialisme.

Le but des lois de «haine» est de faire respecter ce monopole sur la pensée elle-même. Ces lois n’ont rien à voir avec la haine.

Nous vivons dans une société colonisée et totalitaire se faisant passer pour une société libre. Cela devrait être évident par la manière dont ils assassinent les Américains en toute impunité. Ils ont assassiné JFK, tué des marins sur l’USS Liberty, et plus tard des milliers d’Américains le 11 septembre.

Nous vivons dans une société totalitaire qui meurt d’envie d’enlever son masque d’une manière qui fait paraître la tyrannie normale, naturelle et nécessaire, de sorte que les masses accepteront une dégradation et une servitude accrues.

1 commentaire

La société de consommation est la dernière liberté restante

Le bannissement des clients conservateurs par les grandes multinationales illustre notre ostracisation au sein des réseaux sociaux.

Le pouvoir à l’origine de cette tendance totalitaire est le kabbalisme suprémaciste des banquiers Juif, c’est à dire le communisme.

Klant-koning-3-1280x720

Le consumérisme est le dernier domaine au sein duquel le quidam de base est traité comme un roi. Les sirènes affriolantes de la publicité ne cessent de nous interpeller. Alexa recueille nos envies d’achats avant de les satisfaire, de jolies caissières nous sourit en nous souhaitant une bonne journée. Des armés de « conseillers clients » sont prêts à faire nos quatre volontés. Les grandes marques cassent les prix pour mieux nous inciter à dépenser. Bien que nous soyons dépourvu de pouvoir socialement et politiquement, nous nous sentons « exister » en tant que consommateur.

Mais tout cela est en train de changer. Les grandes compagnies ne veulent même plus de vous si vous refusez l’ingénierie sociale destructrice imposé par le cartel des banques centrales. Starbucks se moque de votre commande si vous êtes opposé à la normalisation de l’homosexualité. De même, les client de Gilette doivent se montrer favorable au transgenre et combattre la masculinité toxique. L’industrie du divertissement et le cinéma insistent en faisant la promotion de l’avortement.

Le New American écrit : Nabisco se moque des clients énervés par une publicité pour la fête des mères montrant une drag-queen. Burger King encourage subtilement les gens à balancer des milkshake à la figure des populistes s’opposant à l’Union Européenne. Un fabricant de bière propose même de « leur jeter des briques à la tête ». Bienvenu dans le nouvel activisme corporatiste et son slogan principal : « le client conservateur a toujours tort ».

Il n’y a pas si longtemps, le monde des affaires adhérait à l’adage traditionnel : « Ne parlez jamais de politique ni de religion ». Michael Jordan, la légende de la NBA, a toujours dit : « les Républicains aussi achètent des chaussures ». Mais désormais tout obéit à l’avènement de l’activisme corporatiste. 

td-gay(La TD Bank oblige ses clients à parcourir un bandeau gay)

La liberté d’expression est devenu un discours de haine.

Cette tendance à bannir les conservateurs du commerce renvoi à un traitement similaire au sein des réseaux sociaux. Youtube retire des vidéos, WordPress supprime des sites politiquement incorrect. Twitter a supprimer les comptes de James Wood et d’Alex Jones.

Un lecteur fait remarquer qu’une vidéo de Michael collins Piper à propos de l’option Samson « a été retirée et 99% du révisionnisme au sujet de l’Holocauste est supprimé… tout ce qui concerne le Talmudo-sionisme est également éliminé. La récréation est finie. »

Brother Nathaniel écrit, « les censeurs Juifs de Youtube ont effacé 156 vidéos. La raison invoquée fut que mes critiques portaient atteinte à un « groupe protégé ». Ainsi mes vidéo sur l’AIPAC, les lobby Juifs, le Judaïsme, les média et Israël, ont toutes été retirées. La conclusion : les Juifs sont « protégés » en tant que groupe contre toute sorte de critique.

Dans le même temps, la Floride a criminalisé « l’antisémitisme » y compris la critique de l’état d’Israël ; tandis que Trump a nommé un « Tsar de l’antisémitisme. »

Tout cela s’est déjà produit auparavant… en URSS.

Tout ceci révèle la mise en place des Lois Nohachides. Vous avez le choix, vous pouvez être Juif, un Juif de synthèse (un Franc-maçon), ou vous serez « décapité ». Les Juifs kabbalistes croient être choisis par Dieu. Le monde n’appartient qu’à eux. Les goyim ne sont là que pour les servir. La plupart des Juifs se moquent de ce fanatisme ridicule alors qu’il est la trame fondamentale sous laquelle agissent leurs dirigeants…

Le « Communisme » n’est rien d’autre qu’un monopole sur tout et sur tous : la richesse, le pouvoir et même vos pensées – exercé par les banquiers centraux kabbalistes (satanistes) dirigés par les Rothschild. Nous vivons au sien d’États-nation communistes, car le système bancaire et « l’argent » sont contrôlés par les Rothschild. Notre « monnaie » n’est rien d’autre qu’un numéro virtuel sur leurs livres de compte jusqu’à ce qu’elle se transforme en bien tangible. Ils contrôlent toutes les grandes entreprises ; ils contrôlent l’élément vital de la société.

Les « Juifs » qu’ils soient juifs ou franc-maçons non-juifs, ne sont rien d’autres que les collaborateurs recrutés au sein du racket mondial des nations par les Rothschild. (Ils créent le moyen d’échange sous forme de dettes envers eux-mêmes en chargeant des intérêts. Cette opération pourraient aisément s’accomplir sous l’égide des gouvernements nationaux sans dette ni intérêts.)

Le monde est graduellement divisé entre ceux qui collaborent au racket de Rothschild et adhèrent à son ingénierie sociale occulte, y compris à l’esclavage mental, et ceux qui s’y opposent. Nos dirigeants, nos experts, et nos professeurs forment le cordon sanitaire des chiens de garde du système. Cette collaboration est indispensable au succès social de nos jours.

Ceux qui veulent préserver leur identité religieuse, nationale et raciale seront de plus en plus marginalisés. Ils nous identifieront grâce à nos publications sur les réseaux sociaux.

Nous constituons la majorité et devons donc résister vigoureusement en boycottant les grandes compagnies pour mieux soutenir les alternatives à Youtube, etc.

Dieu est de notre côté. La vérité ne peut être vaincue. Nous vaincrons.

 

 

18 Commentaires

L’antisémitisme est tout à fait respectable

EINSTEIN-ANTI-SEMITISM-QUOTE(« L’antisémitisme n’est rien d’autre que l’attitude antagoniste produite par les non-juifs face aux agissement de la juiverie. C’est une réaction sociale tout à fait normale. » Dans un article de Colliers Magazine, 26 novembre 1938, Einstein poursuit : « La juiverie a prospéré sur l’oppression et l’antagonisme qu’elle a toujours rencontré de par le monde. »)

Comprendre « l’antisémitisme » est essentiel à la compréhension de la condition humaine.

Les Nazis ont donné de l’antisémitisme une mauvaise image. Peut-être était-ce là leur intention.

Leur propagande grossière, leur racisme et leur génocide l’ont rendu méprisable. Mais l’antisémitisme est issu d’une longue et importante tradition qui remonte bien plus loin que le Nazisme. Il a toujours représenté la résistance à une domination politique, culturelle et économique d’essence étrangère. Cette notion mérite réflexion.

Je commencerai par établir deux hypothèses

  1. La vérité est si simple, nous lui faisons face, pourtant nous refusons de la voir. La plupart des Juifs et des Chrétiens ne sont pas conscients que le Judaïsme n’est pas une religion, mais un culte satanique dissimulé derrière une façade religieuse respectable.

Le Judaïsme n’est pas défini par l’Ancien Testament mais par la Kabbale prêchant que Dieu est sans forme et inconnaissable. Ceci est l’essence même du Satanisme. La base de toute religion véritable est que Dieu est connaissable. Autrement comment peut-on obéir à sa voix présente au sein de notre âme/conscience ? Le kabbaliste déclare que Dieu est inconnaissable parce qu’il veut lui-même être Dieu. « Les Juifs » sont la manifestation physique de Dieu. Le Dieu « inconnaissable » est filtré jusqu’à que ce que sa volonté se manifeste par l’intermédiaire du Rabbin. La Kabbale est la base du Satanisme et de toute la pratique Occulte au travers de l’histoire. De plus en plus, le Satanisme remplace le Christianisme comme référence morale au sein de la société.

Le but du Juif kabbaliste (Illuminati) a toujours été de détruire la civilisation Chrétienne, et ils y ont réussis. Aucun Juif vivant aujourd’hui ne devrait encourir le blâme pour la crucifixion du Christ. Mais cependant, depuis la crucifixion jusqu’à nos jours, le but de la juiverie organisée contrôlée par les kabbalistes, continue d’être l’éradication de la Chrétienté. Ils ont défini la résistance Chrétienne à leur propre décadence, comme de « l’antisémitisme », ne faisant en cela qu’invertir le bien et le mal tout comme bon Sataniste se doit de le faire.

Les Illuminati prévoient de créer un « super état mondial » voué à l’extension de leur fortune, de leur pouvoir et de leurs perversions. Avec l’aide des Francs-maçons non-Juif, ils se sont emparés de l’Occident et intronisent peu à peu l’humanité à leur culte satanique. J’ai démontré de manière multiple comment l’humanité est sataniquement possédée.

  1. Comme je l’ai fait remarquer, au sein d’un culte Satanique, le commun des adeptes ne sait rien de la véritable feuille de route. Ces derniers sont manipulés et dégradés par des arguments fallacieux et des platitudes (ex : la « tolérance », la « diversité », la « libération sexuelle »). Au sein d’un culte satanique les gens sont contraints et gardés sous surveillance. Les gens faisant preuve de conscience sont calomniés et traités de « haineux ». De plus en plus, les gens deviennent Juifs ou « haineux » s’ils ne parviennent pas à adhérer à leur ordre du jour. Dans un tel culte, la vérité ne compte pour rien. Seul le politiquement correct a de l’importance. Notre société ressemble de plus en plus à ce culte.

Lorsque je parle de faire revivre « l’antisémitisme », je ne parle pas en faveur d’une discrimination des individus Juifs comme moi-même. Je parle de s’opposer à quiconque – Juif ou non-Juif – représentant l’ordre du jour kabbaliste (Illuminati), qui est à présent embrassé par l’ensemble de l’establishment politique, économique et culturel Occidental, qui est entièrement contrôlé par la juiverie organisée et la Franc-maçonnerie. Que cela soit Desmond Tutu, Michael Gorbatchev, les participants aux réunions du Bilderberg. Beaucoup sont Juifs. La plupart ne le sont pas. Mais tous sont des kabbalistes, des satanistes et des vendus.

Le Nouvel Ordre Mondial est vraiment constitué de deux camps : les kabbalistes (les Illuminati, leurs agents et leurs électeurs) contre le reste de l’humanité. (Tout le reste n’est qu’un écran de fumé). Les kabbalistes comprennent les Francs-maçons de gauche comme de droite, les libéraux comme les socialistes, les féministes radicaux, les Néocons, les Communistes, les Sionistes, les activistes homosexuels – je pense que vous avez compris. Comme vous l’aurez probablement remarqué, ces mouvements ont tous été créés et sont perpétués par des Juifs.

  1. Je pense sincèrement que les Juifs se sentiraient libérés s’ils parvenaient à se dissocier du Judaïsme. Beaucoup ont déjà sauté le pas. C’est le Judaïsme qui est la source de l’antisémitisme. De surcroit, sur un plan personnel, le Judaïsme conduit à la dysfonction. Le projet de la juiverie organisée, vérifiable par tous ses méfaits à ce jour, est de reprogrammer l’humanité pour la mettre au service des Illuminati. Ils accomplissent cette monstruosité en détruisant les quatre piliers de notre identité humaine : la religion (Dieu), la nationalité, la race et la famille (théorie du genre). Leur but est qu’il n’y ait plus qu’une seule race, une religion, un seul genre et un monde uni au service des Illuminati. Un exemple récent de leur mondialisme exacerbé est la manière dont la juiverie organisée s’oppose frénétiquement aux mouvements nationalistes en Europe.

 LE PREMIER ANTISÉMITE

Le premier antisémite fut Dieu lui-même. Lorsque Moïse lui déclara que les Juifs vénéraient un veau d’or : « Le Seigneur dit à Moïse : J’ai contemplé ce peuple et vu qu’ils étaient un peuple obstiné. Maintenant laisse-moi seul afin que je les détruise… » (Exode 32: 9-10)

jew-blasphemy-271x300Je ne sais pas ce qu’Abe Foxman (président de l’ADL) dirait des tendances génocidaires de Dieu. Dans tous les cas, les adorateurs de Baal sont aujourd’hui au pouvoir et Dieu devrait faire face à un Tribunal des Droits de l’homme pour sa déclaration sans équivoque.

Les grands prophètes de l’Ancien Testament étaient aussi tous antisémites. Jérémie a déclaré que les Juifs : « ne disent pas la vérité ; tant ils ont exercé leur langue à l’art du mensonge… » (Jérémie 9:5). Isaïe a expliqué que le Seigneur châtiera « les filles de Sion qui sont pleines d’arrogance, et marchent d’un port hautain en jetant des regards lascifs… » (Isaïe 3:16)

Jésus a rejoint le noble rang des antisémites lorsqu’il déclara aux Pharisiens : « Vous êtes de votre père le diable, et vous faites les désirs de votre père. Il était un meurtrier depuis le commencement, et n’était pas dans la vérité, parce qu’il n’y a aucune vérité en lui. Lorsqu’il prononce un mensonge, il parle seulement de lui-même : car il est un menteur et le père du mensonge. » (Jean 8:44)

Tout au long de l’histoire, les Juifs ont été critiqué par tout le Who’s Who de la Civilisation Occidentale. L’historien romain Tacite les condamna pour être à l’origine de la subversion de la religion, du pays et de la famille et déclara qu’ils étaient « les ennemis de toutes les races à part la leur. » George Bernard Shaw déclara : « Les Juifs devraient plutôt cessé d’être Juifs et commencé à devenir des êtres humains. »

Le musicien hongrois Franz Liszt déclara : « Ils vendent… les outils et les projectiles qui servent à détruire les fondation de la foi et de la morale. »

Le grand poète allemand Goethe dit : « Cette race industrieuse obéi à un grand principe directeur : tant que l’ordre règne, il n’a rien à gagner. »

Voltaire, le philosophe français, déclara : « la nation Juive ose faire montre d’une haine irréconciliable contre toutes les nations, se révolter contre tous les maitres ; toujours superstitieuse, toujours avide du bien-être d’autrui, toujours barbare – servile dans le malheur et insolent dans la prospérité. »

On ne peut pas généraliser sur tous les Juifs mais le critique américain H. L. Mencken était particulièrement dur envers la plupart. Il a déclaré que les Juifs « constitue la race la plus déplaisante qu’il est jamais vu. Ils sont dépourvus de la plupart des qualités qui définisse l’homme civilisé : le courage, la dignité, l’incorruptibilité, la simplicité, la confiance. Ils font montre de vanité dénué de fierté, de volupté sans le moindre bon goût, de connaissance dénué de toute sagesse… leur charité est principalement une forme mondaine de se faire valoir. »

Les Juifs ne sont pas au courant du projet suprématiste de leurs dirigeants kabbalistes. À la place, on leur dit qu’ils sont « haïs sans raison » ou parce que les gens ont besoin d’un bouc émissaire innocent à blâmer pour leur souffrance. L’antisémitisme est une « maladie irrationnelle » présent au sein de l’esprit des goyim. » De plus en plus, dans ce Nouvel Ordre Mondial sataniste, les gens sains sont dépeints comme malades.

Il est grand temps que les Juifs réalisent que le Judaïsme n’est pas du côté des anges, mais qu’il n’est pas trop tard pour s’en extraire.

Il est grand temps que les Chrétiens réalisent qu’ils se sont fait avoir par les plus grands tricheurs auxquels le monde a jamais donné naissance. Les Juifs ne sont pas « le peuple élu ». Leurs dirigeants sont des mégalomanes qui détruisent les nations, tuent des millions d’innocents et menacent le futur de l’humanité.

Il est temps pour nous tous de réaliser que d’être capable de critiquer les Juifs constitue une forme de test de notre propre liberté. L’antisémitisme fut banni et sévèrement puni dans la Russie Soviétique. Est-ce donc le genre de société au sein de laquelle nous voulons vivre ?

LA MESURE DE LEUR SUCCÈS

La conquête politique, économique et culturelle du monde par les Juifs kabbalistes et leurs alliés constitue en fait la véritable histoire des 500 dernières années, voire plus. (Les banquiers Illuminati sont à l’origine de l’impérialisme) Pourtant leur contrôle de la culture est tel que les gens sont complètement ignorant que cette conquête se soit produite. L’étiquette « antisémite » est une malédiction qui provoque la paralysie.

Si vous n’êtes pas antisémite, à la manière dont je viens de le décrire, vous êtes un opportuniste, une dupe ou bien les deux.

Les gens ne sont pas conscients du fait que toutes les guerres ont été conçues par les banquiers Juifs francs-maçons pour augmenter leur pouvoir et leur richesse, détruire leurs rivaux et faire avancer leur projet de gouvernement mondial.

Les gens ne sont pas conscients du fait que leurs « dirigeants » ne sont que des marionnettes et que les médias de masses sont des prostitués. Ils ne comprennent pas que les Illuminati ont sponsorisé le féminisme, l’homosexualité, la promiscuité et la pornographie, de manière à déchirer le tissu social (le mariage et la famille) et tout cela afin de diminuer toute résistance à leur tyrannie. Ils ne savent pas que le 11/09 et le reste ne sont que des attentats sous faux drapeau pour s’emparer de nos droits civiques et qu’ils persistent à mettre en scène de faux attentats pour confisquer nos armes.

En tant que Juif ethnique, le fils de survivants de l’holocauste qui ont perdu leurs parents, je reconnais qu’il existe des raisons fondées à l’antisémitisme passé et présent. Je fais partie de ces juifs ordinaires qui refusent de servir de bouclier humain, ni de victime sacrificielle, ni de bouc émissaire par la faute du projet secret démentiel et satanique de la juiverie organisée.

18 Commentaires

Karl Marx était le cousin au troisième degré de Rothschild

« Afin que le sens véritable des choses ne puisse jamais être compris par les goyim avant le moment voulu, nous le dissimulerons sous un prétendu désir ardent de servir les classes laborieuses… » Protocole de Sion VI

Marx(Chaim Mordechai, l’agent de Rothschild, fait un signe maçonnique. La Franc-maçonnerie est du Satanisme.)

Par Metapedia, abrégé par Henry Makow

Karl Heinrich Marx (5 mai 1918 – 14 mars 1883), était un idéologue politique Juif du 19ème siècle qui se présentait au monde comme journaliste et économiste. Il est surtout connu pour avoir subverti le mouvement socialiste naissant, probablement en tant qu’agent de son cousin Rothschild ; et sur les instructions de son mentor Moïse Hess, en créant une prétendue théorie « scientifique » connue sous le nom de Marxisme.

Marx provenait d’une longue lignée de rabbins Juifs. Il vivait dans la misère à Londres, dans la Dean Street. Il fréquentait le Red Lion Pub sur Great Windmill Street, à Soho, où lui et Friedrich Engels se virent sollicités pour rédiger ce qui devait devenir le Manifeste Communiste. Son œuvre la plus connue est le livre Das Kapital, qui oubli de mentionner le fait que l’argent est imprimé à partir de rien par ses propres cousins, les Rothschild.

ARRIÈRE-PLAN

Karl Heinrich Marx, le Juif Ashkénaze naquit à Trèves, dans le royaume de Prusse, le 5 mai 1818. Son père était Hirschel Mordechai et sa mère Henriette Pressburg. Le nom Juif de Marx est Chaim Hirschel Mordechai. Marx descendait d’une famille de rabbins Talmudique ; ses ancêtres paternels occupaient la fonction de rabbin de Trèves depuis 1723, jusqu’à son propre grand-père.

Au cours de la Sixième coalition des Guerres Napoléoniennes, le père de Marx, Hirschel Mordechai, devint Franc-maçon en 1813, intégrant la loge de l’Étoile Hanséatique à Osnabrück. Après la guerre, il feignit de se convertir au Luthérianisme dans le but de mieux se fondre au sein de la société Prussienne. Il prétendait être un bourgeois libéral « assimilé » défendant les idées des lumières, défenseur de la « libre pensé ». Il était richissime, possédant certains vignobles de la Moselle.

Un des grands parents de Marx était Nanette Salomon Barent-Cohen, qui appartenait à une puissante famille d’Amsterdam. Sa cousine avait épousé Nathan Mayer Rothschild et donné naissance à Lionel Nathan Rothschild, le « Baron » et Membre du Parlement de la City de Londres.

Karl Marx fut élevé par sa famille dans la haine de Jésus Christ…

SA LIGNÉE

Lignée de Karl Marx

L’AGENT DE ROTHSCHILD

Certains chercheurs ont suggéré que la mission de Marx était de coopter le mouvement socialiste naissant. Avant que Marx ait rédigé le moindre mot, à la suite de la Révolution Industrielle, le mouvement socialiste existait déjà en Allemagne, en France, en Angleterre et partout ailleurs. Les Marxiste ont essayé de monopoliser le socialisme et insistent sur le fait que si vous ne suivez pas les théories Marxistes, vous ne pouvez pas être un socialiste. Il s’agit clairement d’une fraude et d’une usurpation.

Une question majeure se pose alors : « qui était derrière Marx ? » Le livre Der preußische Regierungsagent Karl Marx de Wolfgang Waldner, suggère qu’initialement Marx travaillait comme indicateur de police pour le régime Prussien.

Wadner mentionne le fait que Marx a épousé Jenny von Westphalen en 1843. Elle venait d’une riche famille Prussienne. Son frère était Ferdinand von Westphalen, le ministre de l’intérieur de la Prusse de 1850 à 1858. Le beau-frère de Marx était considéré comme un « réactionnaire », qui dirigeait un vaste réseau d’espions surveillant étroitement les dissidents…

Marx déménagea à Londres en 1849… Tandis qu’il rédigeait Das Kapital dans la salle de lecture du British Museum, son célèbre cousin Lionel de Rothschild, était commodément Membre du Parlement de la City de Londres… (1847-1868 & 1869-1874).

Les Rothschild (cousins de Marx au troisième degré) et d’autres éminents financiers Juifs étaient à la pointe de la promotion de « l’émancipation Juive », ainsi que des idées protestantes libérales et maçonniques qui s’emparèrent de la société au début du 19ème siècle…

La découverte de Marx comme complice de Rothschild fut révélée par son rival contemporain de la Première Internationale, Mikhaïl Bakounine en 1869. Ce dernier n’était même pas au courant du fait que Marx et Rothschild étaient cousins. Bakounine écrivit avec prescience :

Bakunin« Ce monde est à présent, du moins dans la majeure partie, à la disposition de Marx d’un côté, et de Rothschild de l’autre. Cela parait étrange. Que peut-il bien y avoir de commun entre le socialisme et une banque de premier plan ? La raison en est que le socialisme autoritaire, le Communisme Marxiste, exige une forte centralisation de l’État. Et là où il se produit une centralisation de l’État, il doit nécessairement y avoir une banque centrale, et lorsqu’une telle banque existe, nous trouvons obligatoirement derrière la nation Juive parasitique, spéculant sur le travail du peuple. » — Mikhaïl Bakounine, Profession de foi d’un démocrate socialiste russe, précédé d’une étude sur les juifs allemands, 1869.

LA RUSSIE

Mais peut-être l’aspect le plus prononcé et persistant de l’idéologie Marxiste était sa haine radicale et extrême de la Russie (le dernier bastion de la civilisation Chrétienne)… Lui et Engels considéraient la Russie et les Slaves en général comme des barbares sous-humains (völkerabfall). S’il avait vécu pour voir ses héritiers idéologiques Vladimir Lénine✡, Léon Trotski✡, Grigory Zinoniev✡, les exterminer par million, il aurait sans nul doute gloussé de contentement aux horreurs qu’ils durent subir, hommes, femmes et enfants…

Marx utilisa le journal Neue Rheinische Zeitung pour inciter à une guerre contre la Russie. Cette russophobie était également derrière l’étrange alliance avec le Tory David Urquhart, lorsqu’il emménagea à Londres et il s’avère ainsi que Marx a le sang du peuple qui mourut dans la Guerre de Crimée sur ses mains juives. Henry Hyndman, qui passa des heures en compagnie de Marx, relate dans Record of an Adventurous Life, que cette obsession antirusse peut être attribuée à l’ethnocentrisme Juif de Marx. Les Soviétiques essayèrent de dissimuler ce fait à propos de Marx…

CITATIONS DE MARX

« Le Juif s’est émancipé d’une façon juive, pas seulement en gagnant du pouvoir financier, mais parce qu’à travers lui et sans lui, l’argent est devenu un pouvoir mondial et l’esprit pratique Juif est devenu le pragmatisme des nations Chrétiennes. L’émancipation des Juifs est allée si loin que les Chrétiens sont devenus des Juifs. Oui, la domination pratique du Judaïsme sur le monde Chrétien a atteint l’apogée de son expression pratique en Amérique du Nord. »

« Quelle était la véritable base de la religion Juive ? Le besoin pratique, l’égotisme. Le Dieu du besoin pratique et de l’égoïsme est l’argent. L’argent est le Dieu jaloux d’Israël devant lequel aucun autre Dieu ne doit exister. L’argent rabaisse tous les dieux des hommes et les transforme en simple commodités. Le Dieu des Juifs est devenu le Dieu de l’univers. Le véritable Dieu des Juifs est l’argent. Leur Dieu n’est qu’un illusoire billet de banque. »

« Nous reconnaissons ainsi dans le Judaïsme un élément général antisocial qui a atteint le pinacle de son développement historique, auquel les Juifs ont assisté avidement, et à présent il doit nécessairement se dissoudre lui-même. La finalité de l’émancipation des Juifs est l’émancipation de l’humanité du Judaïsme. »

« Les classes sociales et les races trop faibles pour maîtriser les nouvelles conditions de vie doivent disparaître… Elles doivent périr dans l’holocauste révolutionnaire. » – Karl Marx✡, 16 avril 1856, Journal du Peuple de Marx, Journal de l’histoire des idées, 1981.

« Le destin des autres peuples et races, petites ou grandes, est de périr dans l’holocauste révolutionnaire. » Karl Marx, Die Neue Rheinische Zeitung NZR, janvier 1849.

Ukraine_famine

3 Commentaires

Nos gouvernants sont des traitres!

« Le concept même d’une nation fondée par des colons européens m’offense profondément. Les canadiens blancs de souche sont une reliques déplaisantes appartenant au passé et à mon avis tout à fait remplaçable. Et nous les remplacerons. » – Justin Trudeau, interrogé sur sa politique migratoire du Sans Frontière.

4 Commentaires

La Symphonie Rouge – Deuxième partie : La révélation finale de la Franc-Maçonnerie

pendu2Les francs-maçons «doivent mourir aux mains de la révolution qui a été menée grâce à leur coopération», selon C.G. Rakovski, un des fondateurs de l’Internationale Communiste.

«Le vrai secret de la maçonnerie est le suicide de la franc-maçonnerie en tant qu’organisation, et le suicide physique de chaque important maçon.»

Cette révélation provient d’un interrogatoire de la police stalinienne en 1938 intitulé «The Red Symphony». (Transcription de Des Griffin dans Fourth Reich of the Rich, p. 254)

«Il est clair que je sais cela non pas comme franc-maçon, mais comme un de ceux qui appartiennent à «eux» [les Illuminati] déclare Rakovski, un collègue de Léon Trotski arrêté pour complot contre Staline.

LES PROTOCOLES DE SION ET LA SYMPHONIE ROUGE

La franc-maçonnerie est la plus grande société secrète du monde avec plus de cinq millions de membres, dont trois millions aux États-Unis. Elle joue un rôle dans la conspiration totalitaire. Dans Les Protocoles des Sages de Sion, l’auteur (qui je crois est Lionel Rothschild) écrit :

«La maçonnerie des gentils sert aveuglément d’écran entre nous et nos objectifs, mais le plan d’action de notre force, même sa place exacte, reste pour tout le peuple un mystère inconnu… Qui et quoi pourrait bien se trouver en position de renverser une force invisible?» (Protocole 4)

Encore une fois, il écrit : «nous allons créer et multiplier librement les loges maçonniques… absorber en elles tous ceux qui peuvent devenir importants ou qui occupent déjà une place importante dans l’activité publique, car dans ces loges nous trouverons notre principal bureau de renseignement et les moyens d’influence… Les complots politiques les plus secrets seront connus de nous et tomberont sous nos mains… Nous connaissons le but final… alors que les goyim n’ont connaissance de rien… » (Protocole 15)

Dans son interrogatoire, Rakovski dit que des millions affluent dans la franc-maçonnerie pour obtenir un avantage. «Les dirigeants de toutes les nations alliées étaient francs-maçons, à quelques exceptions près.»

Toutefois, le véritable objectif est «de créer toutes les conditions requises pour le triomphe de la révolution Communiste, ce qui est le but évident de la franc-maçonnerie, il est clair que tout cela est fait sous des prétextes divers ; mais ils se cachent toujours derrière leur slogan bien connu [Liberté, Égalité, Fraternité]. Vous comprenez?» (254)

Les maçons devraient se rappeler la leçon de la Révolution Française. Bien qu’«ils aient joué un rôle révolutionnaire colossal ; la plupart des maçons furent éliminés… » Comme la révolution exige l’extermination de la bourgeoisie en tant que classe, [pour que toutes les richesses soient détenues par les Illuminati sous le couvert de l’État], il s’ensuit que les francs-maçons doivent être liquidés. Le vrai sens du Communisme est la tyrannie des Illuminati.

Lorsque ce secret sera révélé, Rakovski imagine «l’expression de bêtise sur le visage de certains francs-maçons quand ils se rendront compte qu’ils doivent mourir aux mains des révolutionnaires. Comment ils hurleront et voudront que l’on fasse grand cas de leurs services rendus à la révolution! C’est un spectacle à la vision duquel on peut mourir… mais de rire!» (254)

Rakovski se réfère à la Franc-maçonnerie comme une supercherie : «une maison de fous mais en liberté.» (254)

En Russie, en 1929, tous les maçons qui n’étaient pas juif furent tués avec leur famille, selon Alexey Jefimow « Quels sont les souverains de la Russie? » (77)

Comme les maçons, les autres candidats de l’utopie humaniste de leur maître (les néocons, les libéraux, les Sionistes, les activistes gays et féministes) pourraient être l’objet d’une mauvaise surprise. Ils pourraient être mis de côté une fois qu’ils ont atteint leur objectif.

QUI SONT LES «ILS»?

imagesLorsque l’interrogateur presse Rakovski de désigner des notables Illuminati pouvant être approchés avec une initiative, Rakovski est sûr de deux seules personnes qui sont maintenant décédés : Walter Rathenau, le ministre des affaires étrangères de Weimar, et Lionel Rothschild. Il dit que Trotski est sa source d’information.

D’autres, insiste-t-il sont de la spéculation :

«En tant qu’institution, la banque de Kuhn Loeb & Company de Wall Street : [et] les familles de Schiff, Warburg, Loeb et Kuhn, je dis familles pour souligner plusieurs noms puisqu’ils sont tous reliés… par des mariages, puis Baruch, Frankfurter, Altschul, Cohen, Benjamin, Strauss, Steinhardt, Blom, Rosenman, Lippmann, Lehman, Dreifus, Lamont, Rothschild, Lord, Mandel, Morganthau, Ezéchiel, Lasky… quel que soient les noms que j’ai énuméré, même ceux qui n’appartiennent pas à «Eux» pourraient toujours aboutir à «Eux» pour toute proposition importante.» (272)

En donnant à des banquiers le privilège de créer de l’argent, nous avons créé un vampire insatiable. Si vous pouviez fabriquer l’argent, imaginez la tentation de tout posséder!

LA RÉVOLUTION DÉGUISÉE

Rakovski se réfère à la crise de 1929 et à la Grande Dépression comme une «Révolution Américaine». Elle a été délibérément précipitée par les Illuminati à leur seul profit, pour casser «l’américain classique» et prendre le pouvoir politique.

«L’homme par qui ils ont fait usage d’un tel pouvoir était Franklin Roosevelt. Avez-vous compris? Cette année 1929 fut la première de la Révolution Américaine, en février Trotski quitte la Russie ; le krach a lieu en octobre… Le financement d’Hitler est convenu en juillet 1929. Vous pensez que tout cela était par hasard? Les quatre années du règne de Hoover ont été utilisées pour la préparation de la prise du pouvoir aux États-Unis et en U.R.S.S. : là par le biais d’une révolution financière, et ici [en Russie], avec l’aide de la guerre [Hitler et la Deuxième Guerre mondiale] et la défaite qui allait suivre. Un roman faisant preuve d’une grande imagination serait-il plus évident pour vous?» (273)

Rakovski propose que Staline coopère avec les Illuminati, (ce qu’il fit par la suite.) La première condition était qu’il arrête d’exécuter les trotskistes. Puis «plusieurs zones d’influence» seront établies en divisant «le Communisme formel du véritable.» Il y aura «des concessions mutuelles pour une aide mutuelle pour un temps pendant que le plan dure… Il apparaîtra des personnes influentes à tous les niveaux de la société, même très élevés, qui aideront le Communisme Stalinien formel… » (276)

JFBankRothschildChineseFlag

Rakovski décrit le plan des Illuminati pour faire fusionner le Communisme et le Capitalisme. Dans chaque cas, les Illuminati contrôlent toutes les richesses et le pouvoir.

«A Moscou, il y a le Communisme : à New York le Capitalisme. Ce sont la même chose sous forme de thèse et d’antithèse. Analysez les deux. Moscou est du Communisme subjectif, mais [objectivement] du Capitalisme d’Etat. New York : un Capitalisme subjectif, mais il s’agit en fait d’un Communisme objectif [l’état étant la propriété du banquier central]. Une synthèse personnelle, la vérité : l’Internationale Financière, la Capitaliste Communiste. «Eux». (276)

9 Commentaires

La Symphonie Rouge – Première partie : les Rothschild mènent la « Symphonie Rouge »

rothschild-hitlerAussi incroyable et bizarre que cela puisse paraître, l’humanité est vraiment victime d’une conspiration diabolique.

Les guerres, les dépressions et les génocides du siècle passé n’étaient pas accidentels ou inévitables mais le résultat d’un dessein malveillant.

Une preuve choquante est un interrogatoire de 1938 mené par la police stalinienne (N.K.V.D.) de l’un des fondateurs de l’Internationale Communiste, Christian G. Rakovski, 65 ans, qui était menacé d’exécution pour un complot visant à renverser Staline.

La transcription des 50 pages de son interrogatoire, surnommée «La Symphonie Rouge», n’était pas destinée à devenir publique. Il confirme que les Rothschild-Illuminati avaient prévu d’utiliser le Communisme pour établir une dictature mondiale des super-riches.

C’est peut-être le document politique le plus explosif de l’histoire moderne. Il révèle pourquoi les Illuminati ont créé Hitler et ensuite cherché à le détruire, et pourquoi Staline fit un pacte avec Hitler en 1939.

Christian Rakovski était un ancien initié Communiste. Né Chaim Rakeover en 1873, il étudia la médecine en France avant de devenir un révolutionnaire. Il était le leader d’un groupe terroriste qui attaquait les officiels gouvernementaux.

En 1919, Lénine le mit en charge du gouvernement de l’Ukraine Soviétique. Il défendit avec succès la zone pour les bolchéviques pendant la guerre civile. Staline le nomma ambassadeur de Russie à Paris en 1925.

Rakovski appartenait à la puissante faction Trotskiste qui prenait ses ordres auprès des Rothschild. Beaucoup des membres de ce groupe ont été abattus par Staline en 1937 lors de la purge du Parti Communiste.

L’INTERROGATOIRE NOCTURNE

Les circonstances de l’interrogatoire dans la nuit du 26 janvier 1938 furent très dramatiques.

Que pouvait bien dire Rakovski pour sauver sa vie?

Rakovski semble avoir utilisé la tactique de «tromper en disant la vérité.» Il gagne la confiance en révélant la vérité, mais il en omet suffisamment. Il essaye d’impressionner son interrogateur sur le fait que lui et Trotski représentent une puissance invincible qu’il appelle «Internationale Financière Capitaliste-Communiste.»

Il confirme que le « mouvement révolutionnaire » a été conçu pour gagner du soutien en prétendant servir les idéaux moraux et collectif de l’humanité. Le but réel est cependant de donner un pouvoir mondial total aux banquiers en divisant la société et en sapant l’autorité établie.

La « Révolution » signifiait vraiment le «renversement» de la Civilisation Occidentale.

«La chrétienté est notre seul véritable ennemie puisque les phénomènes politiques et économiques des états bourgeois n’en sont que ses conséquences», déclare Rakovski. (Griffin, 247)

La paix est «contre-révolutionnaire» puisque c’est la guerre qui ouvre la voie à la révolution.

Rakovski, dont la langue a été assouplie par une drogue douce mise dans son vin, se réfère aux Illuminati par «ils» ou «eux». Il en est membre bien qu’il ne fasse pas partie du cercle intérieur.

Il explique que les «Illuminati» sont une société secrète maçonnique vouée à l’accomplissement du Communisme. De manière significative, son fondateur Adam Weishaupt prit le nom de «la seconde conspiration anti-Chrétienne de cette ère, le gnosticisme.» (249)

COMMENT CE TÉMOIGNAGE CAPTIVANT NOUS EST PARVENU

L’interrogateur était un des plus habiles agents de Staline, Gavriil Kus’min connu sous le nom de « Gabriel ».

En dehors de lui et un technicien fiable caché, le docteur José Landowski était la seule autre personne présente.

Enrôlé par le N.K.V.D. pour l’aider «à délier les langues des détenus», le Dr. Landowski était écœuré par les nombreuses tortures dont il avait été témoin.

L’interrogatoire de Rakovski, cependant, fut cordial. Le Dr. Landowski doutait que le doux euphorisant qu’il avait versé dans le verre de Rakovski ait beaucoup d’effet.

L’interrogatoire, mené en français dura de minuit jusqu’à 7 heures du matin, Kus’min ordonna à Landowski de traduire l’entrevue en russe et d’en faire deux copies.

Le contenu était tellement ahurissant que Landowski en fit un carbone de plus pour lui-même. «Je ne suis pas fâché d’avoir eu le courage de faire ça», écrit-il. (279) (Les bolchéviques avaient tué le père de Landowski, un colonel tsariste, lors de la révolution de 1917.)

Un volontaire fasciste espagnol trouva plus tard le manuscrit sur le cadavre de Landowski dans une cabane sur le front de Petrograd pendant la Deuxième Guerre mondiale. Il le ramena en Espagne où il fut publié sous le titre «Sinfonia en Rojo Mayo» En 1949.

Peter Myers a mis le texte complet de «The Red Symphony» en ligne. http://users.cyberone.com.au/myers/red-symphony.html

La transcription a été publiée en anglais en 1968 sous le titre «The Red Symphony : X-Ray of Revolution» (La Symphonie Rouge : une radiographie de la Révolution). Vous pouvez la trouver dans l’ouvrage de Des Griffin «Fourth Reich of the Rich» (1988) (Le quatrième Reich des riches). Je recommande ce livre et tout ce que cet homme brillant a écrit.

LES RÉVÉLATIONS

Rakovski donne à son interrogateur une vision étonnante de l’histoire moderne afin de prouver que ses commanditaires contrôlent le monde.

nazisme=communisme

«L’argent est la base du pouvoir», dit Rakovski et les Rothschild le fabriquent grâce au système bancaire.

Le «Mouvement Révolutionnaire» était une tentative de Mayer Rothschild et de ses alliés de protéger et d’étendre ce monopole en établissant un Nouvel Ordre Mondial totalitaire.

Selon Rakovski, «les Rothschild n’étaient pas les trésoriers mais les chefs secrets de ce premier Communisme… Marx et les plus hauts chefs de la Première Internationale… étaient contrôlés par le baron Lionel Rothschild [1808-1878] dont le portrait révolutionnaire fut réalisé par Disraeli le Premier Ministre anglais d’alors, qui était aussi sa créature, et nous fut transmis [dans le roman de Disraeli ‘Coningsby.’]» 250)

Nathaniel (1840-1915), le fils de Lionel, avait besoin de renverser la dynastie Chrétienne des Romanov. A travers ses agents Jacob Schiff et les frères Warburg, il finança les japonais dans la guerre russo-japonaise, et une insurrection infructueuse à Moscou en 1905. Puis il fut l’instigateur de la Première Guerre mondiale (Trotski était derrière l’assassinat de l’archiduc Ferdinand) et finança la Révolution Bolchévique de 1917. Rakovski dit qu’il fut personnellement impliqué dans le transfert de fonds à Stockholm. (251-252)

Le mouvement ouvrier juif ou «Bund» fut l’instrument de Rothschild. La «faction secrète» du Bund infiltra tous les partis socialistes en Russie et en assura la direction pour la Révolution Russe. Alexandre Kerenski, le Premier ministre menchévik en était un membre secret. (253)

Léon Trotski était censé devenir le leader de l’U.R.S.S. Trotski, un Juif, a épousé la fille de l’un des plus proches collaborateurs de Rothschild, le banquier Abram Zhivotovsky et était devenu un membre du «clan».

Malheureusement, les Communistes «nationaux» comme Lénine (un quart juif) croisèrent sa route. Lénine rejeta Trotski et fit la paix avec l’Allemagne (traité de Brest-Litovsk en 1918). Ce n’était pas le plan de Rothschild.

La Première Guerre mondiale était censée prendre fin de la façon dont la Seconde Guerre mondiale s’est terminée. La Russie était censée envahir l’Allemagne en 1918 et aider les révolutionnaires locaux à établir une «république populaire».

Trotski fut responsable d’une tentative d’assassinat de Lénine en 1918 mais Lénine survécut. Quand Lénine eut une attaque en 1922, Trotski chargea Levin, le médecin juif de Lénine, d’en finir avec lui.

À ce moment critique, l’inattendu se produisit. Trotski tomba malade et Staline fut en mesure de prendre le pouvoir. A ce moment crucial, les trotskistes prétendirent soutenir Staline et infiltrèrent son régime dans le but de le saboter.

Rakovski caractérise Staline comme un «bonapartiste», un nationaliste par opposition à un international Communiste comme Trotski.

«Il est un tueur de la révolution, il ne la sert pas, mais l’utilise à son service, il représente l’impérialisme russe le plus ancien, juste comme Napoléon s’identifiait avec les Gaulois… » (257)

CONTENIR STALINE

Afin de contrôler Staline, la finance internationale fut amenée à créer Hitler et le parti Nazi. Rakovski confirme que les financiers juifs soutinrent les Nazis alors même qu’Hitler n’était pas au courant de cela.

«L’ambassadeur Warburg [James Warburg] se présenta sous un faux nom et Hitler ne devina même pas sa race… Il mentit aussi sur qui il représentait… Notre but était de provoquer une guerre et Hitler était la guerre… [Les nazis] ont reçu… des millions de dollars envoyés par Wall Street, et des millions de marks par des financiers allemands par le biais de Schacht ; [subvenant] à l’entretien de la S.A. et des S.S. ainsi qu’au financement des élections…» (Pages 259-260)

Malheureusement pour les banquiers, Hitler s’est aussi montré rebelle. Il a commencé à imprimer sa propre monnaie!

«Il a pris pour lui-même le privilège de fabriquer la monnaie et non pas seulement la monnaie physique, mais aussi les outils financiers, il s’est approprié l’appareil de falsification encore intact pour le mettre à travailler pour le bénéfice de l’état… Etes-vous capable d’imaginer ce qu’il serait advenu… s’il avait gangrené un certain nombre d’autres Etats et conduit à la création d’une période d’autarcie [de règne indépendant absolu, remplaçant celui des banquiers]. Si vous le pouvez, imaginez alors ses fonctions contre-révolutionnaires … » (263)

Hitler était devenu une menace plus grande que Staline qui n’avait pas touché à l’argent. La mission actuelle de Rakovski était de convaincre Staline de signer un pacte avec Hitler et de retourner l’agression d’Hitler contre l’Occident. L’objectif était que l’Allemagne et les pays occidentaux s’épuisent les uns les autres avant qu’un autre front ne soit ouvert à l’Est.

[Selon Walter Kravitski, le chef du renseignement militaire soviétique en Europe qui fit défection à l’Ouest et fut plus tard assassiné en 1941, Staline était déterminé à faire un pacte avec Hitler dès 1934. Il n’avait aucun désir de combattre les Nazis. Est-il possible que Rakovski et ses commanditaires ne sachent pas cela? Kravitsky dans Au service secret de Staline (1939)]

Rakovski a exhorté les Russes à utiliser la tactique de «tromper en disant la vérité.» Les Russes devaient impressionner Hitler avec leur véritable désir de paix. Hitler ne devait pas soupçonner qu’il était en train d’être piégé et entrainé vers une guerre sur deux fronts.

Il fut donné un choix à Staline. S’il acceptait de partager la Pologne avec Hitler, l’Occident ne déclarerait la guerre qu’à un seul agresseur, l’Allemagne. S’il refusait, les banquiers aideraient Hitler à se débarrasser de lui.

Kus’min exigea quelque confirmation de haut niveau. Rakovski lui dit de voir Joseph Davies, l’ambassadeur américain à Moscou, un camarade franc-maçon et représentant de l’administration Internationale Communiste de Roosevelt.

Quelqu’un fut envoyé auprès de Davies qui confirma que «beaucoup serait à gagner» si Rakovski obtenait une amnistie. Le 2 mars 1938, un puissant message radio fut envoyé à Moscou par l’intermédiaire de son ambassade à Londres.

«Une amnistie ou le danger Nazi va grandir», disait-il. Davies assista au procès de Rakovski et lui fit un salut maçonnique. Le même jour le 12 mars 1938, Hitler marchait sur l’Autriche.

La condamnation à mort de Rakovski fut commuée. Certains croient qu’il vécu jusqu’à la fin de sa vie sous un faux nom. Une autre source indique qu’il fut tué en 1941.

Des négociations secrètes furent engagées avec Hitler. Le résultat fut le pacte Ribbentrop-Molotov signé en août 1939, juste une semaine avant l’invasion de la Pologne.

L’interrogatoire semble avoir créé un accord entre Staline et les Illuminati.

LA RUSSIE LUTTE ENTRE LES GRIFFES DE ROTHSCHILD

L’Europe et les États-Unis ont depuis longtemps succombé au contrôle Illuminati de Rothschild. En Russie, il y a encore quelques spasmes avant la mort.

En 2003, Vladimir Poutine a fait arrêter Mikhaïl Khodorkovski, à la tête de la plus importante compagnie pétrolière russe « Ioukos » et « l’homme le plus riche de Russie. »

Poutine a annoncé que la Russie allait saisir ses 12 milliards de dollars correspondant à 26% du capital de la compagnie pétrolière, l’un des nombreux actifs nationaux pillés au cours de la réorganisation du Communisme il y a 15 ans.

Ensuite, nous avons appris que les parts avaient déjà été transférées vers nul autre que Jacob Rothschild en vertu d’un «arrangement précédemment inconnu jusqu’alors» prévu pour une telle circonstance. Les deux compères se connaissaient depuis des années «par leur amour commun des arts.»

Rakovski avait dit à Kus’min que les Illuminati ne prennent jamais de positions politiques ou financières. Ils utilisent des «intermédiaires».

jacob

«Les banquiers et les politiciens ne sont que des hommes de paille… même s’ils occupent des places importantes et paraissent être les auteurs des plans qui sont menés… » (248-249)

Évidemment, Khodorkovski est un «intermédiaire» pour Rothschild. Tels sont aussi Richard Perle, Henry Kissinger et Ariel Sharon qui chacun s’exprimèrent contre l’action de Poutine. Perle, l’architecte de la guerre en Irak, a appelé à l’expulsion de la Russie du Groupe des Huit. Sharon exprima son inquiétude sur «la persécution des hommes d’affaires juifs». Khodorkovski est juif comme l’est Simon Kukës son successeur. Ainsi que Perle et tout comme Kissinger.

Beaucoup de juifs servent les Illuminati et c’est une des causes de l’antisémitisme. Mais Tony Blair et George W. Bush les servent aussi et ne sont pas juifs. La composition du groupe de Bilderberg et des Skull and Bones n’est la plupart du temps pas juive. Les Illuminati sont une alliance entre les Rothschild, et les super riches du monde unis par la franc-maçonnerie, dont le Dieu est Lucifer.

L’humanité, la magnifique expérience de Dieu, a été détournée et compromise. Du soldat américain en Irak, jusqu’au contribuable qui paie la dette nationale, nous sommes tous des pions.

11 Commentaires

Ce qu’être Juif signifie pour moi

Cet article m’a été inspiré par un email de mon traducteur français :

Tu sais Henry, lorsque j’ai fait la première traduction, il s’agissait avant tout de te faire connaitre en France, et sans prétention aucune, je pense y être parvenu !

Tu fais maintenant partie des quelques auteurs abordant le sujet et avec les mises à jour régulières du blog, je sais que nous bénéficions d’un flux constant de nouveaux lecteurs manifestant de l’’intérêts pour tes travaux…

J’éprouve cependant parfois des difficultés à faire comprendre aux français qu’en tant que Juif, tu peux défendre une vision nationale des choses. Parce que la plupart des gens ont tendance à penser qu’un Juif doit nécessairement posséder une approche internationale, et qu’il est supposé haïr le pays dans lequel il s’est installé. (Je pense que cela peut être vrai historiquement, et je ne sais pas si tu seras d’accord avec ça…) Alors je me retrouve à batailler pour te présenter comme un citoyen canadien, et non comme un membre d’une tribu mondiale… (Je sais que ça semble fou, mais c’est le préjugé à l’égard des Juifs en général…)

On me fait également souvent remarquer que tu dois nécessairement être un complice de la Juiverie organisée, sans ça ils auraient déjà fait fermer ton site avec toutes les révélations dont tu t’es rendu coupable… (De mon côté, je pense que tu dois faire face à beaucoup de pression car ces articles arrachent le voile de la Franc-maçonnerie et de tous les instruments de contrôle Juifs en général…)

C’est frustrant, j’aimerai pouvoir tourner un entretien vidéo où tu répondrais à toutes ces questions pour que tu puisses clarifier ta position pour le public français…

 

RÉPONSE

Je suis un Juif assimilé. Mes parents Juifs polonais ont survécu à la Seconde Guerre mondiale en se faisant passer pour des Catholiques.

Après la guerre, ils ne voulaient plus rien à voir à faire avec l’identité qui leur avait presque couté leur vie. Ils donnèrent à leurs enfants des noms anglais communs. Notre pratique de la religion Juive se limitait à allumer les bougies pour le Sabbat.

Je me suis toujours identifié avec la race humaine en premier, mon pays en deuxième, et le fait d’être Juif en troisième.

Jusqu’à l’âge de 50 ans, j’étais le parfait Juif gauchiste, sioniste, féministe, dysfonctionnel et endoctriné. Ma guérison débuta lorsque je me mis à remettre en questions ces notions, afin d’obéir à mes propres instincts à la place. J’ai découvert la conspiration des Illuminati et j’en ai fait mon travail.

Contrairement aux Juifs Kabbalistes, je pense exprimer l’authentique esprit Juif de la loi mosaïque, qui est un engagement envers la vérité universelle et la morale. (Cet esprit n’est pas exclusivement Juif) J’ai toujours senti qu’il existait un ordre moral immanent ; c’est cette intuition qui a inspiré mon jeu Question de Scrupules.

POURQUOI JE RESTE JUIF AVANT TOUT

Lorsque j’étais jeune, un ami de mon père me disait souvent : « Henry, tu ne peux pas t’extraire de ta propre peau. »

Mon intérêt pour le savoir, l’écriture et l’enseignement, mon idéalisme et mon sens de l’humour sont toutes des caractéristiques Juives, (ainsi que nombre de mes mauvais traits de caractères). Je ne peux pas nier ce que je suis.

Je soutiens toutes les religions qui défendent un ordre moral et les valeurs familiales. Comme vous le savez, je pense que Dieu est synonyme d’idéaux spirituels absolus comme la vérité, la justice, l’amour, l’ordre et la beauté. Je ne me convertis pas à une religion, car je souhaite entretenir une relation directe avec Dieu. Mais je soutiens ceux qui trouvent un sens dans la pratique de leur religion.

En général, je n’ai eu que peu de réaction voire aucune de la part des Juifs, qu’elles soient positives ou négatives. La même chose avec les Francs-maçons. Je ne suis qu’une mouche sur le derrière d’un éléphant.

En 2007, le Congrès Juif Canadien a essayé de me forcer à retirer toutes les références aux Juifs sur mon site internet. Cependant, rien ne s’est passé. Les « lois contre la haine » au Canada ont été modifiées, car les musulmans commençaient à s’en servir à leur avantage.

Je ne m’attends évidemment pas à changer le cours des évènements mondiaux. J’écris pour transmettre des connaissances à mes lecteurs. L’ignorance n’est pas une bénédiction ; elle cause de la souffrance.

« COMPLICE DES JUIFS »

En fait, je servirais les objectifs des Juifs Illuminati si je faisais la promotion de l’antisémitisme.

Au contraire, je montre que les Juifs ne sont pas tous manipulés. Quelques-uns comme moi-même sont capables d’être objectifs, loyaux et justes. En conséquence, j’ai probablement gagné plus d’amis pour « les Juifs » que quiconque. Je combats le préjugé racial et l’antisémitisme.

C’est pour cela que je ne m’attends pas à ce que le B’nai B’rith tienne un diner de gala en mon honneur, car ses dirigeants prospèrent grâce à l’antisémitisme, ce qui force les Juifs à contribuer financièrement et à se conformer à leurs diktats.

Bien sûr j’ai un regard critique sur la majorité des Juifs, car ils sont manipulés, mais cela est le cas de la plupart des groupes humains de nos jours.

Loin de « haïr » ma patrie, j’ai toujours été un nationaliste canadien. Mon doctorat traite de la littérature canadienne. Nos dirigeants politiques comme Harper, Obama, Cameron et Hollande sont les véritables « complices des Juifs » et des Francs-maçons. Ce sont eux qui trahissent leur patrie.

Nous ne devrions pas subir de préjugés. Je suis la preuve que chaque individu est doté d’un caractère unique et suit son propre parcours vers la connaissance.

En même temps, je trouve attrayantes les caractéristiques physiques et culturelles des autres races et nations. Je voudrais que ces différences soient préservées afin de résister à l’objectif des Illuminati. Nous sommes une grande famille, chacun apportant quelque chose de beau et d’unique à la table de l’humanité.

Les êtres humains veulent tous la même chose : profiter du précieux don de la vie.

Nous appartenons à la famille des hommes, nous sommes les enfants de Dieu qui voit à travers nos yeux, le miroir de l’âme.

Nous devrions consacrer nos vies à le servir et à l’honorer. Nous ne devrions pas permettre aux Illuminati d’usurper ce droit fondamental.

6 Commentaires

Les français choisissent un larbin de Rothschild

Un pion de Rothschild semble prêt à devenir le prochain président de la France.
Les Français font le choix du suicide national. Le «terrorisme» ne semble même pas les affecter. Rothschild continuera à Gouverner à travers ses marionnettes.

(Macron a épousé sa professeur de lycée, son aînée de 24 ans, victime d’un lifting malheureux. Elle a maintenant 63 ans. Des rumeurs prétendent qu’il serait en fait homosexuel)

Emmanuel Macron est un financier photogénique de 39 ans à la carrière étonnante. Il est devenu le chef de file de la présidentielle en France avec 23,8% des voix, suivi de Marine Le Pen avec 21,7%. Selon les sondages d’opinion, il remportera le deuxième tour contre Marine Le Pen, avec environ 66 pour cent des voix.

Emmanuel Macron n’a aucune expérience politique réelle. Il n’a jamais été élu nulle part auparavant …. Il n’est qu’un banquier d’investissement spécialisé dans les fusions et acquisitions ayant bien réussi sa carrière. Il est diplômé de l’ENA, une université de premier plan pour l’élite française. Il a travaillé pendant plusieurs années au ministère de l’Économie et des finances. Ensuite, en 2007, une année cruciale dans son parcours, l’économiste prometteur de 29 ans a été pris en main par Jacques Attali, un des lèche-botte de Rothschild.

Jacques Attali  est un philosophe-mondialiste, un écrivain d’utopies multiculturelles anticipant l’heure où toutes les nations et tous les états disparaîtront de la terre suite à des conflits sanglants pour que les survivants de l’humanité se réunissent sous la bannière de la démocratie et sous le contrôle d’un gouvernement mondial. Pendant de nombreuses années, Attali disposait de ses entrées à l’Élysée et a été l’un des conseillers les plus influents de plusieurs générations de présidents français, de François Mitterrand à François Hollande. Les médias locaux, le désignant comme « le vrai président de la France », exagèrent à peine.

C’est Jacques Attali qui a créé le lien entre le capital financier et l’élite du Parti socialiste au pouvoir, qu’il soutient. Il est exceptionnel dans sa capacité à envelopper habilement les plans prédateurs des banquiers dans de beaux slogans de gauche.

IMMIGRATION = BAISSE DU COUT DU TRAVAIL

En 2008, la Commission Attali a présenté au président Nicolas Sarkozy « 300 propositions pour changer la France » – un plan de modernisation de l’économie destiné à la sauver de longues années de stagnation. L’idée principale peut être formulée comme suit : pour éviter de perdre sa compétitivité sur le marché mondial, le pays doit réduire considérablement le coût du travail. Une façon de le faire est d’accroitre l’immigration en France ; les immigrés récents peu rémunérés, qui ne pourront pas s’organiser en syndicats, remplacent les travailleurs enracinés au sein du secteur primaire et secondaire. En outre, le plan prévoit une réduction considérable des dépenses publiques en matière de santé, d’éducation et de retraite. Sarkozy n’a pas osé accepter ce plan radical.

à gauche, le « vrai » président de la France, le banquier Juif kabbaliste Jacques Attali

Pendant son séjour à la Commission, Macron a réussi à gagner la sympathie d’Attali, qui l’a bientôt présenté à son ami François Enron. Enron, à son tour, est le meilleur ami et partenaire principal de David de Rothschild. En 2008, Macron a été embauché par la Banque Rothschild, où il est passé d’analyste à associé-gérant. Ses commissions dépassaient plus d’un million d’euros par an.

La plus importante contribution de Macron a été son intervention dans l’achat par Nestlé de la division des aliments pour bébés de Pfizer aux États-Unis (pour 11,85 milliards de dollars). À cette époque, Matthieu Pigasse, directeur de la branche française de la banque Lazard Frères, souhaitait faciliter la transaction pour son client, Danone, mais a échoué. Alors Macron trouva en Matthieu Pigasse son plus grand ennemi.

En 2010, Pigasse qui est un banquier de gauche et un ami et patron des socialistes français, avait prévu de devenir conseiller économique de François Hollande mais l’omniprésent Jacques Attali a recommandé Emmanuel Macron à Hollande. Pendant plusieurs années, Macron, parfaitement bilingue en anglais et en allemand, était la liaison entre l’élite socialiste de la France et les milieux financiers étrangers. Comme l’a noté malicieusement le Guardian, tandis que Hollande criait à des rassemblements : « Mon ennemi principal est la finance ! » Macron, l’employé de Rothschild, s’envolait à la City pour rassurer les banquiers ; leur confirmant que sous le mandat du président Hollande, tout continuerait comme avant.

En 2012, Hollande est devenu président et Macron a quitté la maison Rothschild. Il a été nommé secrétaire général adjoint de l’Élysée. En 2014, dans son poste de « jeune réformateur », il a dirigé le ministère de l’Économie et de l’Industrie (prenant la place de l’ami et partenaire commercial de longue date de Pigasse, Arnaud Montebourg). Hollande lui donne carte blanche pour des activités liées à la modernisation de l’économie et Macron présente un projet de loi avec plus de 300 sections, prévoyant la libéralisation du marché français. Les experts disent que la loi Macron incarne toutes les idées de la commission Attali. Y sont intégrés et encouragés : l’immigration, la réduction des effectifs, la concurrence accrue au sein de tous les corps de métier, une augmentation de la journée de travail au détriment des dimanches et des heures de nuit.

Les travailleurs en France n’ont pas approuvé ce projet de loi. Sa discussion a été accompagnée de manifestations massives. Il n’y avait aucune chance de faire passer la loi au parlement. Hollande a ensuite exercé son droit de forcer l’adoption de certaines lois sans l’approbation du Parlement et, en août 2015, a fait approuver la « Loi Macron ». De manière significative, avant de devenir président, Hollande critiquait vertement ce projet de loi, le qualifiant même de « fasciste ».

L’INGÉNIERIE POLITIQUE DU POUVOIR DE L’OMBRE

En 2016, lorsque la cote de popularité de Hollande était honteusement faible, quelque chose d’inhabituel a commencé à se produire autour d’Emmanuel Macron. Ainsi, surgit de sur nulle part, un mouvement, « Les jeunes avec Macron » est apparu. Il est difficile d’imaginer que des jeunes s’agrègent spontanément autour d’un ministre de l’économie aussi impopulaire dans un pays à l’économie exsangue. Cependant, plusieurs milliers de personnes ont participé au nouveau mouvement. Macron a fondé son propre parti le dotant d’un nom vague « En marche ! ». Des meeting ont commencé à rassembler d’énormes foules et ce à un moment où les socialistes ne parvenaient qu’à grand-peine à réunir que quelques centaines de personnes à leurs événements. Le programme de Macron n’était pas encore clair. Condamnant les attentats terroristes, il n’a cependant pas l’intention de fermer les frontières ou de restreindre l’immigration ; Promettant d’augmenter les dépenses militaires du pays, il ne l’éloigne pas pour autant de l’OTAN.

En fait, Macron reste le même mondialiste, un élève exemplaire de Jacques Attali, mettant l’accent sur les slogans de l’unité européenne. Il critique à la fois la gauche et la droite, essayant de distraire les électeurs qui votent traditionnellement pour les socialistes et aussi d’attirer ceux pour qui le Front national de Marine Le Pen est trop radical. Avec son apparition soudaine en politique, Macron a obtenu un taux incroyable. Les journalistes le portent littéralement à bout de bras. Les magazines féminins le qualifient de nouveau sex-symbol et de rêve pour toute femme française. Des journaux influents soulignent les avantages de sa position centriste. Les sociologues prédisent sa victoire. Et personne ne révèle quoi que ce soit de sérieux permettant de le discréditer. En janvier, lorsque certaines critiques ont miné les chances de ses principaux concurrents, Marine Le Pen et Francois Fillon, Macron est resté éloigné de tous scandales.

Le prochain « couple » présidentiel

VIE PRIVÉE

La vie privée de Macron – un sujet potentiellement « mortel » pour un politicien français – peut sembler paradoxale, mais les médias l’ont dépeinte sous un jour purement romantique. Le fait est que la femme du favori de la course présidentielle (Brigitte Trogneux) est plus âgée que lui de 24 ans. En 2007, le jour de son mariage, il avait 29 ans et elle en avait 53 ans. Macron a déclaré aux journalistes qu’il était tombé amoureux de sa future femme à l’âge de 15 ans, alors qu’elle enseignait le français dans son école. Pendant ce temps, il est sortit diplômé du lycée et de l’université, a parcouru le monde, a construit une carrière, mais pendant ces 14 ans, il est resté fidèle à son premier amour. Malgré son invraisemblance, l’histoire est validée par tous les journalistes. Des photos de Macron main dans la main avec sa femme, ou de Macron avec une bouteille de nourriture pour bébé, en train de donner le biberon à ses petits-enfants ont été publiées par tous les journaux du pays. Les magazines de mode ont catapulté sa femme au rang « d’icône du style ». En termes d’ingénierie politique, cela s’est révélé payant : la France vieillit et l’électorat des femmes à la retraite est important. Pour elles, il existe une abondance de films dans lesquels de beaux jeunes hommes tombent amoureux d’une vieille dame. L’idylle familiale de Macron est conçue et projetée pour elles. Il est également vrai que les tabloïds répètent périodiquement des rumeurs selon lesquelles l’amant de Macron serait le président de Radio France, Matthieu Galle, mais il n’existe aucune preuve.

%d blogueurs aiment cette page :