3 Commentaires

Les Illuminati ont fondé les États-Unis pour faire progresser le Nouvel Ordre Mondial

La plupart des Américains se moquent à la moindre mention de la conspiration, mais leur pays a été créé par la Franc-maçonnerie et ils n’en ont pas la moindre idée. Les francs-maçons ont rédigé la Constitution et signé la Déclaration d’Indépendance. Les Franc-maçons déguisés en Indiens jetèrent le thé dans le port de Boston. Paul Revere et ses Minutemen, George Washington et la plupart de ses généraux, étaient tous francs-maçons. Le marquis de Lafayette était évité jusqu’à ce qu’il ait été initié. Au moins 20 des 42 présidents américains étaient des « frères ».

La Franc-maçonnerie est l’Église de Lucifer se faisant passer pour un ordre mystique philanthropique. C’est une façade pour les banquiers centraux Illuminati (des juifs francs-maçons & kabbalistes ) qui ont créé les États-Unis comme un véhicule pour faire avancer leur Nouvel Ordre Mondial.

Selon les termes de  Manley P. Hall, « Nous devons également parfaire le plan des âges, mettant en place ici le mécanisme d’une fraternité mondiale des nations et des races.» (« Le Destin Secret de l’Amérique », 1944, p. 3)

Les francs-maçons présentaient aux américains des idéaux valides – les libertés civiles, l’égalité des chances et pas de taxation sans représentation. Mais elles n’étaient que des séductions conçues pour conquérir le pouvoir. Comme vous l’avez sans doute remarqué, ces promesses ne sont pas tenues.

La plupart des historiens ne vous diront pas cela. Mais il se trouva pourtant un historien qui a révélé la vérité. Bernard Fay (1893-1978) était un français diplômé de Harvard. Il est considéré comme un « anti-maçon » parce que son livre de 1935, « La Révolution et la Franc-maçonnerie : 1680-1800 » est l’un des très rares à révéler l’ampleur de la participation maçonnique dans les révolutions françaises et américaines.

Il a eu accès aux archives maçonnique aux États-Unis et en Europe. Son livre est en fait une représentation sympathique de la Franc-maçonnerie sans aucune référence à sa nature occulte. Cependant, en tant que Français de Vichy, il a ensuite aidé les Nazis à identifier les Francs-maçons au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Il a été emprisonné après la guerre, mais gracié par Charles De Gaulle en 1952.

L’AMÉRIQUE FRANC-MAÇONNE

Fay explique que dans les années 1770, les États-Unis se composait de 13 colonies isolées avec différents gouvernements, affiliations religieuses, coutumes, profils raciaux et structures sociales et politiques. Il y avait des rivalités intenses et des antagonismes de longue date. Une lettre mettait trois semaines à atteindre la Géorgie et le Massachusetts.

«La maçonnerie a entrepris seule de jeter les bases de l’unité nationale en Amérique parce qu’ [en tant que société secrète], elle pouvait se propager dans toutes les colonies et travailler de façon constante et silencieusement. Elle a créé une classe limitée, mais très importante de personnes avec un sentiment de l’unité américaine sans lesquelles… il n’y aurait pas eu d’États-Unis.» (p. 230)

«En 1760, il n’y avait pas de ville, grande ou petite, où la maçonnerie n’avait pas tissé sa toile. Partout elle prêchait la fraternité et l’unité.» (230)

Benjamin Franklin, qui était le Grand Maître d’une loge française, a recueilli des millions de francs cruciaux au financement de l’armée de George Washington. Il fut le premier à présenter un plan concret de collaboration militaire et une fédération politique à un Congrès représentant toutes les colonies. Il a établi une chaîne de journaux maçonniques dans toutes les colonies. Vous pouvez imaginer où il avait trouvé l’argent.

Fay explique que George Washington et son armée hétéroclite ont gardé l’esprit d’indépendance en vie. Il a organisé de nombreuses loges militaires et a participé à leurs activités. Le 27 décembre 1778, il mena un défilé après que Philadelphie ait été reprise :

« Son épée au côté, en tenue maçonnique complète, et ornée de tous les bijoux et insigne de la Fraternité, Washington marcha à la tête d’une procession solennelle des 300 frères à travers les rues de Philadelphie vers Christ Church, où un service maçonnique divin eu lieu. Ce fut le plus grand défilé maçonnique qui avait jamais été vu dans le Nouveau Monde. » (246)

«Tous les officiers de confiance de l’état-major de Washington étaient francs-maçons, et tous les généraux de premier plan de l’armée étaient francs-maçons : Alexander Hamilton, John Marshall, James Madison, le général Greene, le général Lee, le général Sullivan, Lord Stirling, les deux Putnams, le général Steuben, Montgomery, Jackson, Gist, Henry Knox et Ethan Allen étaient francs-maçons. Ils se rassemblaient tous autour de leur maître maçon de Washington et ils se rencontraient tous au « Temple de la Vertu » une structure grossière formant un carré, long de quarante pieds sur soixante, d’une hauteur d’un étage, pourvu d’une entrée unique qui était flanquée de deux piliers… L’atmosphère qui entourait Washington était maçonnique et on peut dire que le cadre de son esprit était maçonnique.» (P. 250)

Imaginez si Washington avait montré la même dévotion envers le christianisme!

Fay souligne un «curieux» degré de coordination entre les francs-maçons aux Etats-Unis et les armées britanniques :

« Il semblait même probable que l’inoubliable et mystérieux laxisme de certaines campagnes militaires anglaise en Amérique, en particulier celles des frères Howe, étaient délibérées et en raison de la volonté maçonnique du général anglais de parvenir à un règlement pacifique…» (251)

LA REDDITION DE CORNWALLIS

Dans ce contexte, il est pertinent de rappeler l’aveu du général Cornwallis, quand il se rendit au général Washington à Yorktown (19 octobre 1781.)

Jonathan Williams a enregistré dans ses «Légions de Satan» (1781,) que Cornwallis a révélé à Washington qu’«une guerre sainte allait maintenant commencer sur l’Amérique, et lorsqu’elle sera terminée l’Amérique sera supposément la citadelle de la liberté, mais ses millions d’habitants resteront inconsciemment des fidèles sujets de la Couronne.»

La Couronne représente les Illuminati (c’est à dire les actionnaires de la Banque d’Angleterre.) Cornwallis a poursuivi en expliquant ce qui apparaît comme une contradiction :

«Vos églises seront utilisées pour enseigner la religion juive, et en moins de deux cents ans, la nation tout entière va travailler pour un gouvernement mondial divin. Ce gouvernement qu’ils croient être divin sera l’Empire Britannique. Toutes les religions seront imprégnées de Judaïsme sans même que cela soit remarqué par les masses, et elles seront toutes sous le joug de l’œil invisible qui voit tout du Grand Architecte de la Franc-maçonnerie.»

Dans un discours de 1956, le sénateur Joseph McCarthy renvoya à ces propos :

«Cornwallis savait bien que sa défaite militaire n’était que le commencement de la catastrophe mondiale qui deviendrait universelle et que les troubles se poursuivraient jusqu’à ce que le contrôle de l’esprit puisse être accompli par une fausse religion. Ce qu’il avait prédit est en train de se passer. Une brève esquisse de l’histoire religieuse américaine et nous avons vu la Maçonnerie infuser chaque église en Amérique par leur religion phallique secrète.»

Notre rôle est analogue à celui des nobles français qui ont collaboré à la Révolution Française, puis ont été massacrés. Fay écrit : «Tous ces nobles n’avaient pas hésité à prendre le parti révolutionnaire, même si cela devait leur coûter leur rang, leurs biens et leur vie.» (P. 287)

3 commentaires sur “Les Illuminati ont fondé les États-Unis pour faire progresser le Nouvel Ordre Mondial

  1. Merci de nous avoir instruit d’avantage sur la gloire mistérieuse des etats-unis depuis belle lurette.

  2. cette histoire des illuminati me perturbe beaucoup ,
    c’est comme si je dois tout réapprendre dès le début

  3. Je suis arrivée à la même conclusion, mais par les recherches et l’instinct qui me fait assembler les morceaux des puzzles qui constituent notre histoire. J’avoue que j’ai longtemps cru au « mirage » du pays sauveur de la France sous le joug allemand, depuis je me suis réveillée et le rêve est devenu cauchemar. Je fais toujours des comptes qui me laissent sans voix, comme le chiffre des avortements depuis les 40 années d’existence de la loi dans le monde pour favoriser le crime silencieux très loin de la liberté des femmes… 200.000/an (selon les médias) rien qu’en France multiplié par 40, c’est pire que les chambres à gaz, et les féministes n’en ont rien à foutre !
    Et là je suis en train d’essayer d’additionner les morts de la révolution américaine avec ceux de la révolution française…et tous les autres depuis… il faut que j’aille vomir, ça urge !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :